RP dark-fantasy/steampunk dans un univers communautaire
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vent d'Est - Premier Arc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nora Amaryllis

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015

Informations
Race: Hybride
Faction: Neutre

MessageSujet: Vent d'Est - Premier Arc   Sam 22 Aoû - 18:18

Vent d'Est - Introduction


Dans les rues de Sentinelle, plus encore que partout ailleurs dans l'Empire, régnait désormais une atmosphère pesante, inquiétante. Depuis une semaine les gardes de la ville patrouillent sans relâche à la recherche des centaines de criminels ayant réussi à s'échapper de la Haute-Prison. Un avis à la population diffusé dans tous les journaux conseillait les habitants de rester chez eux tant que possible et de barricader portes et fenêtre pour éviter au maximum toute intrusion. Et en plus de la Garde Impériale et des Paladins de l'Eglise tous les membres de la Guilde des Mercenaires étaient mobilisés auprès de différents clients, si bien que les personnes qui osaient encore se déplacer dans les rues des quartiers populaire de la capitale étaient souvent accompagnées d'un garde du corps.

Dans les quartiers commerçant et d'habitation de la haute-ville la tension était bien moins palpable. Les rues étaient moins bondée qu'à l'accoutumée et l'ambiance de guerre civile imminente semblait ne pas toucher particulièrement les passants. Cependant, bien que presque imperceptible,  cette sensation de malaise gagnait insidieusement les habitants de Sentinelle. Essayer de sauver les apparences ne suffit pas et, la nuit, la ville se voyait engloutie dans un silence macabre aux antipodes de la vie nocturne habituelle de la plus grande ville du continent. Pourtant, il semblerait qu'autre chose, au delà des malfrats en liberté et des tensions politiques palpables, soit à l’oeuvre dans les ruelles de Sentinelle une fois la nuit tombée et ce depuis déjà bien avant l'élan révolutionnaire de ces derniers jours.

Avec l'hiver approchant, les jours se raccourcissent et il est moins agréable de déambuler tard dans les rues, ainsi on pourrait trouver ce changement dans les habitudes assez anodins et représentatif d'une certaine période de l'année, les gens préférant la chaleur du foyer à l'obscurité glaciale des routes pavées. Certes, bientôt il fera suffisamment froid pour commencer à faire du feu dans les cheminées mais par le passé jamais cela n'avait autant empiété sur la vie sociale nocturne de la capitale. Comme tous les ans à cette époque, un vent d'est se lève une fois le Soleil disparu, un vent assez faible et froid au cœur de nombreuses histoires de grand-mère.

Au petit matin, alors que la brise venait de s'envoler et que le Soleil se dessinait à l'horizon, ce ne furent ni la lumière ni le piaillement de quelques oiseaux qui réveillèrent les habitants du quartier de la Place du Cardinal mais un cri. Un cri strident qui semblait empli de toute l'horreur du monde, un cri à en effrayer La Mort elle-même. Rapidement, un attroupement gigantesque vint remplir la petite place habituellement tranquille.
Il s'agissait d'un quartier sans histoire.
De nombreuses tavernes entouraient la place et se livraient une concurrence plutôt amicale. Ce quartier, souvent oublié par les touristes et autres voyageurs du fait de son manque de renommé et de bâtiments important était perçu par ses habitants comme un trésor caché. Tous les habitants se connaissaient et les querelles étaient rares. Quand le cri se fit entendre, on pensa d'abord qu'il venait d'ailleurs et que rien ne pouvait être arrivé dans ce petit paradis.

Malheureusement, rien sur cette terre ne peut être considéré comme un paradis parfait. Au fond d'un cul-de-sac entre deux tavernes, là où on entrepose les déchet, on pouvait distinguer une silhouette affalée contre un mur. De loin il s'agissait certainement d'un vagabond en train de dormir. Mais en s'approchant la silhouette prenait des allures difformes et monstrueuses. Au bord de la ruelle on commençait à sentir quelque chose provenant de cette chose, une odeur étrangement fraîche et douce à l'exact opposé de ce que l'on attend d'une ruelle remplie d'ordures en tout genre.
Et une fois devant la silhouette, on voit apparaître un amoncellement de cadavres mutilés cousus grossièrement entre eux avec ce qui semble être du fil de pêche. Les gardes emportèrent rapidement la monstruosité avant que la panique ne se propage dans toute la ville. On n'autopsia pas les corps, préférant les incinérer le plus rapidement possible pour éviter au plus possible les infections.

La journée passa et on oublia rapidement la découverte de la matinée, après tout, il n'était pas rare que des personnes soient tuées par ici, surtout en ce moment. Et le lendemain matin, au même endroit et à la même heure on découvrit de nouveau une monstruosité similaire. Dans la foule des témoins hurlaient qu'il s'agissait exactement de la même créature difforme que la veille.
La garde fit taire les agitateurs par la force et s'empara de la chose. Le même scénario se répéta pendant une semaine entière. Après quoi il ne s'agit plus d'un amoncellement de cadavre mais d'un seul. Celui-ci ressemblait étrangement à l'un de ceux qui composer le monstre retrouvé ici tous les jours de la semaine. Simultanément, à un autre endroit de la ville, la créature réapparût, portant un cadavre différent à la place de celui qu'elle avait "abandonné".
A partir de cet instant précis, la garde ne fût plus en mesure de faire taire tous les commérages qui circulaient et la panique tant redoutée s'empara de la ville. On parlait déjà d'un tueur en série avec un sens prononcé pour la mise en scène. Bientôt ce fût une paranoïa généralisée qui s'empara de la population.

L'histoire se propagea au delà des murs de Sentinelle et parvint aux oreilles des toutes les guildes et organisations de l'Empire. Des chasseurs de prime venant de tous les horizons affluèrent dans la capitale Impériale, à la recherche de tout ce qui pourrait les aider à appréhender celui que l'on surnommait déjà le "Vent de l'Est".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirnon Thaddeus

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/03/2015
Age : 19

Informations
Race: Mort-Vivant
Faction: /////

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Lun 24 Aoû - 21:51

Une histoire comme ça n'est pas vraiment le genre de choses qui passe inaperçue, même pour quelqu'un qui ne passe par ici que par pur hasard. Tout le monde, littéralement tout le monde, ses patients, les marchands, la ville entière et encore plus semblent avoir un point de vue sur l’identité, les raisons de cet événement... étrange, si l'on pouvait l’appeler ainsi. Un assassin isolé, un complot de l'égide, une tentative de semer la peur et le chaos, une entière société d'assassins, en une journée, il avait entendu autant de versions différentes que théories plus ou moins farfelues.

Lui-même intrigué par cette histoire, et ayant fini ses consultations de la journée, il se rendit sur place, par simple curiosité. On était dans la fin d'après-midi lorsqu'il arriva sur les lieux, et il y avait beaucoup moins de monde que ce qu'il avait supposé. Les autres mercenaires étaient probablement passés plus tôt dans la journée, et il avait donc la place presque totalement libre.

Il salua un des deux types qui gardaient la scène, il l'avait soigné il n'y avait pas deux jours, en arrivant dans la ville, c'était même lui qui lui avait indiqué une bonne auberge tranquille.

-Bon, et bien, qu'avons-nous là ?

Il parlait seul, comme à son habitude, murmurant pour lui-même, les bras croisés, réfléchissant. Il n'était pas du genre à penser que lui pourrait trouver la solution, pas du tout, c'était de la simple curiosité, de la curiosité morbide, certes, mais de la curiosité quand même.

Au milieu de la petite ruelle, il imaginait ce qui aurait pu se passer, il observait. Derrière lui, les deux gardes l'observaient et un lui demanda si il avait trouvé quelque chose d'intéressant.

-Pas spécialement, je ne suis qu'un médecin un peu curieux.

Il s’adossa à un mur, la tête vers le sol, réfléchissant. Il ne savait pas spécialement pourquoi savoir la vérité derrière tout ça l'intéressait, mais pourtant, sans qu'il puisse savoir, cette question lui trottait dans la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niyo Blackwell

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 23

Informations
Race: Hybride
Faction: Opportuniste

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Mar 25 Aoû - 11:58

Niyo avait pas mal voyagé durant l'année écoulée, mais c'était la première fois qu'elle voyait Sentinelle, la capitale.

Elle n'y était pas vraiment allée de son plein gré, d'habitude elle préférait rester à la périphérie des grandes villes, n'y allant que pour prendre une mission ou recevoir sa récompense et acceptant toutes les missions qui se déroulaient dans la nature.
Mais une semaine auparavant, le nombre de demandes avait explosé dans la capitale, et la guilde des mercenaires avait demandé tous les mercenaires du secteur en renfort. Niyo n'étant encore qu'une novice, elle n'eût pas trop le choix et dû se rendre à Sentinelle.

On la mit rapidement au courant des évènements récents, surtout l'évasion massive de prisonniers, mais aussi les conflits politiques qui menaçaient d'exploser dans le sang un peu plus chaque jour. On lui dit aussi de ne pas se rendre dans le quartier de la Place du Cardinal, car "il s'y tramait des trucs pas nets, une histoire de meurtres en séries et de cadavres qui reviennent toujours au même endroit même après avoir été incinéré, j'ai pas tout compris mais ça n'a rien de bon pour le business de traîner là-bas".

Les mercenaires les plus gradés et les plus expérimentés avaient été recrutés pour enquêter sur cette bizarrerie ou rattraper les criminels enfuis en renforts de la garde et des chasseurs de prime. Les mercenaires qui n'étaient plus novices, eux, étaient presque tous sur des missions de garde pour les gros clients, les bourgeois, les commerçants aisés.

Et les novices comme elle ? Ils guidaient les voyageurs et les touristes dans la ville.

Heureusement pour elle qui détestait jouer les guides touristiques (elle avait l'impression d'être un chien de berger ayant pour mission d'empêcher un troupeau de mouton suicidaire d'aller voir ce qu'il y avait en bas de la falaise par la route la plus courte), Niyo ne connaissait pas du tout la ville et on lui avait épargné ce genre de missions barbantes.

Comme elle avait déjà un an d'ancienneté et pas mal de missions réussies, elle allait bientôt passer mercenaire Junior et ne plus être considérée comme une Bleu. On l'avait assigné à une mission de protection d'une famille de commerçants sous les ordres d'un mercenaire plus expérimenté, avec une demi-douzaine d'autres novices pour surveiller la famille et sa cargaison.
Pour pouvoir se payer 8 mercenaires à la capitale, les clients devaient avoir de sacrés moyens. Surtout en cette période où les tarifs explosaient : la loi de l'offre et de la demande, les périodes troubles comme celles-ci faisaient le beurre des mercenaires et Niyo en avait vu plusieurs se frotter les mains en voyant ce qu'ils avaient gagné et en imaginant ce que ça serait à la fin du mois.

La mauvaise nouvelle, c'est que les commerçants étaient horribles. Bruyants, paranoïaques, désagréables, bruyants, toujours à se plaindre qu'il faisait trop froid, ou trop chaud, ou qu'ils n'allaient pas assez vite, ou qu'ils étaient trop ballotés dans leur roulotte, et vraiment, qu'est-ce qu'ils étaient bruyants....
Et la mission durait une semaine.

Pendant toute la durée de la semaine, Niyo essaya de garder sa façade de professionnalisme glacial, se tenant à l'écart aussi bien des clients que des mercenaires, suivant la roulotte depuis les toits pour surveiller les abords. Et, quand les braillements des clients étaient suffisamment étouffés pour ne pas la gêner, elle écoutait.

Ho, le nombre de versions de l'histoire des cadavres qu'elle put entendre pendant la semaine ! On ne parlait plus que de ça en ville, les ragots sur les mystérieux cadavres recousus étouffaient même ceux sur l'évasion de la prison. Niyo, en son fort intérieur, pensait que ce n'était pas un hasard si les cadavres avaient commencé à apparaître juste après l'évasion de masse, mais se gardait bien de formuler sa théorie à voix haute.

Elle était curieuse, mais aussi effrayée : l'idée qu'une créature pensante puisse volontairement mettre fin aux jours de plusieurs autres, sans autre but que de les découper pour recoudre les morceaux en forme de poupées grotesque la mettait très mal à l'aise. Les mentalités dans la ville étaient définitivement très différentes de ce qu'elle connaissait dans les monts de cendre.

Mais Niyo prit son mal en patience : que ça soit une bonne chose pour sa curiosité ou une mauvaise pour son espérance de vie, la Place du Cardinal était le dernier arrêt de la tournée du commerçant, qui avait des commandes de la part des tavernes du quartier.

Elle aurait préféré qu'ils arrivent dans le quartier de nuit, quand elle était au meilleur de ses capacités, mais c'est en fin d'après-midi qu'ils arrivèrent sur la place. Après une semaine à travailler ensemble, les mercenaires étaient rodés : 2 pour aider les commerçants à décharger les marchandises, 2 pour sécuriser la taverne à l'intérieur, 2 pour surveiller le reste du chargement et les deux derniers dehors pour faire le guet. Et, comme toujours, Niyo faisait partie du dernier groupe. Quand on a une demi-elfe dans le groupe pour qui l'escalade est une seconde nature et qui a des sens affutés par des années d'expérience de la chasse, pourquoi s'en priver après tout ?

Niyo grimpa silencieusement sur la taverne et se posta près de la cheminée, accroupie, tournée vers la place. La taverne était déserte. Normal, puisque c'était une des deux qui bordaient la ruelle où on trouvait les cadavres. Il était toujours là d'ailleurs, personne n'était venu le chercher dans la journée. Et, par le Grand Ours Cendré protecteur des Arctos, qu'est-ce qu'il empestait ! Dans les montagnes, ce genre de choses n'arrivaient jamais : les cadavres d'animaux qui n'étaient pas mangés rapidement se retrouvaient glacés et ne pourissaient pas. Mais on n'était pas dans ses montagnes natales.

La place était presque déserte, ce qui la rendait relativement facile à surveiller. Mais beaucoup de ruelles étroites en partaient et elles ne voyait depuis son perchoir que les deux plus proches de la taverne : celle avec le cadavre, et la ruelle arrière qui donnait sur la réserve de l'établissement. c'était par là que ceux qui déchargaient les marchandises passaient avant de rentrer. Au moins, si quelqu'un devait venir d'une ruelle avec des intentions belliqueuses, il serait obligé de passer par le terrain découvert de la place pour aller dans la taverne.

En attendant, seuls deux gardes et un étrange type avec un masque de peste et des vêtements le recouvrant intégralement étaient dans son champs de vision. Le type avec la gueule de métal était contre un mur et regardait le cadavre avec une intensité dérangeante. Il avait l'air franchement suspect, et un poil illuminé en se parlant à lui-même, mais les deux gardes semblaient très détendus en sa présence, comme s'ils le connaissaient. Si elle en croyait les quelques mots qu'elle percevait de la discussion entre ces deux derniers, le gars était médecin.

Niyo eut un sourire tordu. Un médecin. Il était franchement en retard, plus rien ne pouvait être fait pour le tas puant sous ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanilys Dameka

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 25/08/2015

Informations
Race: Hybride
Faction: Opportunistes

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Mar 1 Sep - 16:04

Les Ombres, une bonne guilde.. Et surtout une large société secrète. Dameka voyageait, comme à son habitude, sa vie actuelle se résumait à voyager et attendre le travail. Et trouver de bonnes occasions de marchander ou plutôt, d'arnaquer.

Ce fut quelques jours après que cette lugubre histoire dévoila son premier acte que Dameka fut contactée. Elle était non loin de sentinelle, dans une auberge. Un homme de la guilde des Ombres vint la voir, quelqu'un de tout à fait normal en apparence. Sauf que ces paroles étaient beaucoup plus intrigantes. Il s'assit à la table où Dameka était, dans le fond de la salle.

- Des choses étranges se passent actuellement dans la capitale. Nous ne connaissons pas l'origine de cette histoire et nous aimerions que tu ailles enquêter sur ces faits. Un rapport est attendu et s'il y à un artefact derrière tout ça, il serait... Bon que tu le ramène. Toute autre chose que tu trouve est bien entendu à toi. Trouve le vent de l'est. Après ceci, l'homme partit directement.

C'était ainsi que fonctionnait les ombres, des informateurs se trouvaient en tout lieu et dès qu'il y avait une mission potentielle, si la personne est appropriée, on l'approche. Sinon, elle ne saura jamais rien. Mais en l’occurrence, Dameka était appropriée pour cette mission. Elle partie de l'auberge dans la journée pour arriver rapidement à Sentinelle.
Sa monture était un vrai avantage, non seulement elle était suffisante pour éloigner tout danger mais surtout, elle était rapide. Le voyage fut très court et elle put arriver le lendemain à Sentinelle.

Et pour tout dire, Sentinelle n'était pas un qu'elle avait visitée souvent.
En plus, sa monture ne pouvait pas être stationnée en ville, de par sa nature.. Carnivore, ce qui rendait impossible le stationnement dans des écuries et avec une telle allure, elle en aurait effrayée plus d'un. Alors elle laissait Gecko à l'extérieur de Sentinelle, il n'y aucun risque car dressée, Gecko ne risquait pas de s'enfuir si sa maîtresse restait trop longtemps et.. Vu la créature, elle ne risquait pas se faire agresser ou tuer.


Une fois arrivée en ville, c'était une toute autre histoire. Une fois les portes passées, la tension était déjà palpable. Les faces étaient tendus, les paroles étaient échangés à voix basse... Comment était-elle censée faire quelque chose dans cette ville ? Elle ne tenta même pas de parler à un quelconque civil de peur de se faire jeter. Même les gardes étaient tendus. Aucune chance de faire du marchandage ou de faire des arnaques. Ignorant cette tension et les citoyens tendus au possible, elle écoutait quand même d'une oreille attentive les rumeurs. Cela lui prit un certain temps de s'orienter dans les rues pour enfin arriver à l'endroit qui l'intéressait.

La tombe improvisée dans une ruelle.

Enfin, elle ne rentra pas à l'intérieur, elle ne tenta même pas de passer les gardes, elle regarda juste de loin... Et bien heureusement qu'elle ne pouvait plus rien humer depuis longtemps. Car le tas horrible au fond de la ruelle semblait bien puer le charnier.

Elle salua d'un hochement de tête les gardes et alla sa mettre contre un mur un peu plus loin. Il y avait un médecin... Et une présence au-dessus d'elle. Elle ne semblait pas hostile alors Dameka ne fit rien de plus à par réfléchir... Qui pourrait avoir pu faire ça ? Comment pourrait-elle trouver l'éventuel agresseur ? Une origine magique pourrait bien être ça... Il fallait attendre qu'une occasion se présente.

Et ce tas puant pourrissait au fond d'une ruelle. Sentinelle semblait bien moins charmante d'un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voron Amesten

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 22/08/2015

Informations
Race: Humain
Faction: ???

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Lun 7 Sep - 9:52

Sentinelle... Et bah franchement, c'est pas en entendant son nom qu'on pourrait imaginer ce qu'il s'est passé il y a peu. Nan mais j'vous jure... qu'est ce que c'est que cet immondice dont on entend parler partout? Bon peu importe... Après une grande inspiration et les rumeurs que j'avais pu entendre je décidais d'aller sur place le plus discrètement possible.

Ah Sentinelle, depuis combien de temps je n'avais pas remis les pieds ici... Impossible de m'en rappeler... encore une fois la mémoire de mon passé me faisait défaut. Je ne me rappelais que ce jour. Cela faisait quelques années que je suivais les indices que me laissait le Corbelier. Vous voyez le corbeau là sur le toit? Et oui c'est bien moi. Une forme que je revêt la plupart du temps. Elle offre toute la furtivité dont j'ai besoin pour glaner les infos. J'étais venu ici car les dernières traces que j'ai de lui indique sa présence en ce lieu. Que voulait-il que je trouve cette fois-ci?

C'était une partie de cache-cache divertissante, j'ai pu acquérir d'énormes connaissances grâce à lui. J'ai visité bien des endroits, "bourlinguer" comme ils disent parfois en campagne. Je m'étais posté ici afin de constater le passage des personnes et, éventuellement, entendre ce que les gens pouvaient dire. Quoi vous n'êtes pas au courant du cadavre? Mais si en contrebas! Rhaaaa vous suivez vraiment rien à l'histoire vous hein?! Bah oui du coup je suis venu voir ce qu'il se tramait ici. Peut être qu'il y aura d'autres indice de Ça présence. Ah voilà de la compagnie. Vous voyez en face de moi? La fille là sur le toit de l'autre côté de la rue?

Elle venait de se poser juste là, plantée, cherchant la même chose, moins discrètement. Ceci dit peu de personnes savent utiliser un camouflage aussi efficace nan? Avouez quand même que avoir la capacité physique de se transformer entièrement en autre chose vous donne un sacré avantage. Fermant les yeux je me focalisais sur les environs afin de trouver d'autres points de vue. Tout était en place, ils étaient de plus en plus nombreux à venir à cause de la chair en décomposition. Un autre individu en contrebas semblait examiner le cadavre. Et une troisième venait de se poser plus loin. Ces trois là étaient pas normaux. Je pouvais le ressentir au fond de moi, différents des badauds que l'on croise. Des mercenaires? Peut être l'un d'entre eux la jeune femme sur le toit? Elle ne disait rien.

Je continuais de garder un oeil sur celui d'en bas. J'attendais avec impatience les conclusions de son analyse. Je suis incapable de voir l'Aer pourtant je me pose la question... Serait-ce de la Nécromancie? Ah vous aussi ça vous semble louche?! Je le savais il y a anguille électrique sous paratonnerre... Mais penchons nous à nouveau vers la jeune femme voulez vous?  


Pensez vous que je devrais lui parler? Haha oui c'est une bonne idée. Elle regarde ailleurs parfait c'est le moment! Ca va être marrant de voir sa réaction. Et hop forme humaine, j'en profiterai pour régénérer mon Aer.

- Yo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Amaryllis

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015

Informations
Race: Hybride
Faction: Neutre

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Mar 8 Sep - 22:34

Nora n'arriva sur les lieux de l'incident que bien après la découverte du premier corps. En réalité, il était assez rare pour la Guilde des Explorateurs de se mêler de ce genre d'affaires. Et quand c'est le cas, il s'agit plutôt du rôle de la Brigade de Recherche et d'Identification. Néanmoins, Nora n'était pas venue ici pou le compte de la Guilde, c'était sa curiosité naturelle qui la poussa à connaître la vérité derrière les nombreuses rumeurs.

Toute la capitale ne parlait plus que de ça et des théories toutes plus farfelues les unes que les autres fusaient. Nora ne pouvait s'empêcher de sourire en entendant tout ça et pourtant elle était persuadée que l'une de ces théorie était vraie. Elle avait passé toute la journée à écouter les ragots dans différents bars qu'elle avait l'habitude de fréquenter avant de se décider à bouger. Et malgré le fait que des informations extraites de la bouche de piliers de bars peuvent parfois ne pas valoir grand chose, des éléments récurrents pouvaient être retrouvés dans tous les témoignages. On parlait notamment du fait que les cadavres seraient en réalité des faux. Un légiste aurait examiné l'amoncellement de corps un matin avant que la garde arrive et en aurait tiré cette conclusion. Cela pourrait bien expliquer la réapparition miraculeuse de la créature tous les matins. Nora avait noté ces informations dans un petit carnet de cuir et de fer qu'elle pouvait faire apparaître à volonté grâce à la Technomancie.

Ce fût seulement une semaine après l'apparition qu'elle décida d'aller examiner le seul corps restant. Elle n'y alla qu'en début de soirée, espérant éviter la cohue. A cette heure-ci et à cette période de l'année, la Place du Cardinal avait un charme particulier. et le calme presque inquiétant qui y régnait depuis le début de cette affaire ne faisait qu'accentuer cette sensation. Nora aimait beaucoup ce quartier, elle y venait souvent pour boire avec certains de ses hommes en revenant à Sentinelle après un contrat. Maintenant c'était différent, plus personne ne voulait venir ici de son plein grès de peur de faire face au mystérieux criminel.

En arrivant au bord de la ruelle où l'on avait trouvé le corps, Nora remarqua qu'elle n'était pas la seule à s'être rendue sur les lieux. D'un coup d’œil elle compta trois personnes, un garde certainement chargé de surveiller la ruelle et de repousser les civils un peu trop gênant, une Drakéide et un type étrange avec un masque tout aussi bizarre. Elle fixa son attention un moment sur la Drakéide. Elle pouvait voir qu'elle était maudite. Nora n'avait pas suffisamment développée ses connaissances dans ce domaine pour reconnaître les malédictions en ce basant sur la forme qu'elles projetaient dans le dos de leurs victimes mais elle réussie tout de même à en distinguer cinq. Elle réalisa alors que sa capacité à voir les êtres de l'invisible allait peut-être pouvoir lui être utile dans cette affaire. Peut-être le coupable avait-il recours à des malédictions ou peut-être n'y aurait-il pas de coupable du tout, si ce n'est quelques fantômes ou spectres avec un sens de l'humour particulier.

Nora salua vaguement de la tête les personnes présentes et se dirigea au fond de la ruelle pour inspecter le corps. A première vue tout avait l'air normal. Certainement trop normal. Pas de contusions apparente ni de blessures ouvertes qui auraient pu causer la mort. Les seules solutions qui venaient en tête à Nora étaient l'empoisonnement, l'arrêt cardiaque, ou un effet magique qu'elle ne connaissait pas. Et pour bien faire, elle ne maîtrisait aucun de ces trois sujets. Elle soupira en haussant les épaules et en secouant la tête de gauche à droite.
Puis, sans un mot, elle matérialisa dans sa main une petite dague en acier ornée de tout un tas de pièces de cuivre. Attiré par le bruit causé par la création de l'objet, le garde en poste se retourna. Il devint livide en voyant l'arme dans la main de l'Elfe des Bois.

- Qu..Qu..Qu'est-ce vous...essayez de faire ?

Il avait retiré sa masse d'arme de sa ceinture et semblait prêt à s'en servir. A s'en servir comme un enfant ce servant d'une cuillère à soupe, mais prêt quand même. Nora se retourna vers lui, l'air le plus sérieux du monde sur le visage.

- J'vais l'ouvrir pour voir si ça sent la merde...Je peux ?

Dans son esprit tout semblait très clair. Elle avait encore en tête les rumeurs de faux cadavre. Selon elle, si l'intérieur du-dit cadavre avait tout de l'intérieur d'une vrai personne alors le-dit cadavre devrait être une vraie personne. Le garde ne devait pas avoir réussi à tirer les mêmes conclusions que Nora. Il se figea pendant quelques instants en essayant de réaliser l'improbabilité de la demande que l'on venait de lui faire. il reprit, d'un air à moitié effrayé à moitié dégoûté :

- Faites comme vous voulez, on le brûle demain matin de toute façon. Essayez juste de le laisser en état pour l'autopsie demain.

Nora soupira avant de s'accroupir au niveau du vendre du macchabée. Elle souleva la tunique de toile qui recouvrait l'abdomen et vint l'entailler dans la largeur. De ce qu'elle pouvait observer, tout semblait à sa place et l'odeur qui s'en dégageait ne pouvait signifier qu'une seule chose. Si amoncellement de cadavre était un faux, celui-là était bien réel. il ne s'agissait plus que d'un jeu malsain orchestré par une personne à l'esprit défaillant mais bien d'un meurtre. Une idée vint alors frapper Nora. En admettant que l'amoncellement de cadavre est un faux, que celui-ci est un vrai et qu'il n'est plus présent parmi les faux de la créature, il est possible d'assumer que la créature sert en quelque sorte de "message" destiné aux éventuelles futures victimes.

C'est une flamme dans le regard que Nora se releva. Sa dague s'évapora dans le même éclair bleuté qui l'avait fait apparaître. Elle sortit de la ruelle en adressant un regard victorieux aux autres personnes présentes et alla se poser un peu plus loin contre un mur, espérant pouvoir tirer quelque chose des découvertes des autres fouineurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niyo Blackwell

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 23

Informations
Race: Hybride
Faction: Opportuniste

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Jeu 17 Sep - 11:26

Niyo était concentrée sur le monde autour d'elle, surveillant à la fois la place et la ruelle arrière par laquelle ses compatriotes déchargeaient la marchandise.

Les autres novices devisaient à mi-voie en transportant les tonneaux et les caisses, cherchant à plaisanter pour oublier leur malaise. La porte de la remise s'ouvrait et se refermait régulièrement. Elle n'entendait plus la famille de marchands ni son supérieur, ils devaient tous être rentrés dans la taverne.

Une nouvelle venue arriva sur la place du Cardinal, une drakéïde vu son apparence, et s'adossa contre la taverne juste en-dessous d'elle. Niyo ne pouvait pas la surveiller d'ici, et elle chercha des yeux l'autre novice chargé du guet, qui devait avoir une meilleure vision qu'elle depuis le sol.

Niyo fronça les sourcils en ne le voyant pas à son poste. Elle n'eut pas à le chercher bien loin, ceci dit : il était dans la ruelle arrière et plaisantait avec les autres novices chargés de garder la cargaison de leurs clients. Autrement dit, il était complètement de l'autre côté de la taverne. Niyo leva les yeux au ciel, exaspérée. Décidément, les seuls talents de ce jeune homme étaient d'être beau parleur et beau garçon. Deux choses qui avaient le don d'exaspérer Niyo plutôt que de la charmer. Il aurait sûrement été bon comme espion, avec sa capacité à sociabiliser avec tout le monde et se faire aimer de n'importe qui, mais il n'avait rien à faire chez les mercenaires.

Elle chercha à ses pieds et ramassa un morceau de tuile cassé de la taille d'un gravillon. Elle se concentra, visa, et l'envoya frapper l'épaule de l'autre guetteur. Ce dernier poussa un juron et se retourna vers elle en se frottant l'épaule, lui lançant un regard noir. La demi-elfe ne se démonta pas et le réprimanda vertement du regard, un art dans lequel elle était passée maître. Elle lui signifia ensuite par signes de se remettre à son poste et de surveiller la drakéïde.

Elle vérifia qu'il se remettait à son poste avant de porter de nouveau son regard sur ce qui se passait sur la ruelle. Pour le moment, à vrai dire, pas grand chose. Pas étonnant que l'autre nigaud ait quitté son poste, il ne se passait vraiment rien de passionnant par ...

Elle n'eut pas le temps de finir sa pensée qu'un déplacement d'air soudain, immédiatement suivit d'un "Yo", la fit sursauter en poussant un cri aigu.

L'archère manqua de glisser sur une tuile et de tomber du toit, se rattrapant à la cheminée par réflexe. L'honneur était sauf, mais pour la discrétion, c'était manqué. Elle se retourna lentement vers la source de sa frayeur, les yeux exorbités et les pensées filant à toute allure sous son crâne.

Elle ne l'avait vraiment pas vu venir. Pas juste "vu", elle ne l'avait pas senti du tout. Ce n'était pas de l'invisibilité ou du camouflage, son odorat l'aurait averti, d'autant que l'inconnu sentait plutôt fort. Elle avait senti un déplacement d'air juste avant qu'il l'interpelle. Cela pouvait être de la téléportation ou de la métamorphose très avancée, quelqu'un qui pouvait se transformer intégralement en un petit animal et qui avait reprit sa forme humaine très rapidement. Mais vu la dégaine du gars devant elle, elle aurait parié pour la seconde option.

Dans tous les cas, il avait choisi de lui adresser la parole, et donc de se faire volontairement repérer, alors qu'il aurait très bien pu lui passer derrière discrètement vu ses capacités. Donc, soit il n'avait pas d'intentions belliqueuses, soit il était complètement crétin. En voyant les plumes noires de sa cape et son masque en forme de crâne de corbeau de l'inconnu, Niyo déglutit difficilement et rajouta mentalement une troisième option à la liste : c'était un disciple particulièrement fou de ce malade de corbelier.

L'arctos senti le sang quitter son visage, mais son teint ne pouvait pas devenir beaucoup plus blanc que ce qu'il était déjà. Elle s'accroupit de nouveau, se tenant toujours à la cheminée, pour poser un genou à terre. Ainsi, ses jambes qui tremblaient ne la gênaient plus pour viser. Sentir de l'activité en bas la rassura : l'autre crétin avait comprit qu'il se passait quelque chose de louche et les mercenaires s'agitaient. La jeune fille respira profondément pour dénouer le début de panique tordant son estomac, et se releva en s'époussetant. Elle se déplaça sur le toit pour avoir la place et la ruelle dans son champs de vision sans perdre de vu l'inconnu, puis répondit d'une voix hésitante :

- Bonjour...

Elle s'attendait à voir l'homme louche aux plumes de corbeau se foutre royalement de sa gueule, mais quelque chose d'autre attira son attention : Une nouvelle venue, probablement une elfe sylvaine, était arrivée sur la place et matérialisait une dague en parlant avec les gardes. Visiblement, elle voulait accéder à la ruelle et ces derniers étaient réticents à la laisser passer. Visiblement, la nouvelle venue était uniquement concentrée sur le cadavre de la ruelle et n'avait que faire de ce qui se passait sur le toit ou le reste de la place.

Niyo décida finalement que l'inconnu, aussi bizarre et dangereux soit-il avec sa capacité à échapper complètement à son attention, ne représentait pas une menace immédiate, et essaya de se détendre un peu, gardant néanmoins la main sur son épée. Ce qui l'intéressait le plus, c'était ce que trafiquait l'elfette dans la ruelle. De son nouvel emplacement, l'archère ne pouvait pas voir exactement ce qu'il se passait, mais l'odeur ne laissait pas vraiment de doute sur ce que venait de faire la nouvelle venue. Niyo avait beau se rengorger de pouvoir garder un air impassible en toutes circonstances, la puanteur réussit à lui arracher une grimace. Mais quoi que la Riecktre ait pu rechercher, elle l'avait visiblement trouvé, vu qu'elle sorti de la ruelle avec un air triomphant.

Niyo n'avait, pour tout dire, aucune idée de ce qu'il se passait. Elle raffermit sa prise sur son épée, le regard alternant de la ruelle à l'inconnu sur le toit en passant par la place, indécise sur la conduite à tenir. Techniquement, tant que personne ne l'attaquait ou s'en prenait à ses clients, elle n'avait pas à réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirnon Thaddeus

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/03/2015
Age : 19

Informations
Race: Mort-Vivant
Faction: /////

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Jeu 17 Sep - 22:58

Kirnon était pensif. Toujours adossé au mur, il avait observé sans rien dire l'elfe avec son couteau ouvrir le ventre du cadavre. Toujours sans rien dire, il l'avait observée, et même de dessous son masque, il avait senti l'odeur qui confirmait que ce cadavre était un cadavre authentique.

Il n'avait pas non plus vraiment réagit au petit cri aigu qu'il avait entendu plus tôt. Bien sûr il avait tourné la tête vers l'origine du bruit, mais à sa grande stupéfaction, l'origine de ce brut était en réalité deux personnes sur un toit. Et il avait assez à faire avec ce cadavre sans devoir s'occuper de personnes qui crient depuis les toits d'auberges.

Une fois la jeune elfe qui avait fait apparaître une dague fut éloignée, il sortit de son mutisme et s'adressa aux gardes.

- Je vais aussi procéder à des examens mineurs si ça ne vous dérange pas...

Il obtint leur approbation par leur hochement de tête silencieux, ils avaient vu assez de choses dans la journée pour en avoir encore quelque chose à faire. Tout ce qu'ils attendaient était de brûler ce corps et ensuite de retourner dormir.

Le vampire masqué s'accroupit donc devant le cadavre et sortit un petit pochon de cuir. Il défit le lacet et déroula ledit pochon. Il y avait plusieurs instruments différents, et le médecin choisit un scalpel. Il déchira ensuite la tunique du cadavre et reprit l'ouverture créée précédemment par l'elfe. Sans hésiter, il agrandit l'ouverture dans le ventre de la victime et en retira un petit morceau de tube digestif, qu'il découpa soigneusement du corps. Il se leva ensuite et prit une petite fiole à sa taille, une transparente dont il versa le liquide sur le morceau qu'il venait de prélever. Comme il s'y attendait, la chair du morceau tourna au noir. Il prit donc le morceau et le mit dans la fiole avant de le remettre à sa ceinture.

Ensuite, il prit son scalpel en main et découpa la peau du coup de la victime, lui mettant la chair à vif, puis coupa encore plus profond, jusqu'à atteindre la trachée. Il en préleva un bout également, et le fit passer au même test, mais cette fois, le morceau de chair ne changea pas de couleur. Il le stocka et rangea son scalpel. Il sortit une aiguille et se mit à recoudre les plais qu'il avait fait. Pas pour leur aspect esthétique, mais pour éviter aux gardes quand ils transporteraient le corps d'avoir à re-rentrer les boyaux à l'intérieur du corps, de par le fait qu'ils risqueraient de sortir par la plaie qu'il avait ouverte.

Une fois fini, il se releva et dépoussiéra ses vêtements. Son produit lui avait confirmé la présence de poison dans le système digestif et non dans la trachée, confirmant que le poison avait été ingéré, et non inhalé. Qui plus est, vu la concentration du poison dans le simple petit morceau de boyau qu'il avait prélevé, il pouvait en déduire que le poison n'était pas un poison concocté par un génie alchimique. Il avait tué sa victime par le fait qu'il en à ingéré une grande quantité. Le poison restait mortel à petite dose évidement, mais pour l'aspect fulgurant de la mort qui avait frappé la victime, au vu de son expression de douleur sur le visage, la quantité de poison avait accéléré le processus.

Il fit craquer ses phalanges, rangea son pochon en cuir dans sa sacoche et retourna s'adosser à un mur non-loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naak Mahaden

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 13/09/2015

Informations
Race: Akren
Faction: Neutre/Opportuniste

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Sam 19 Sep - 12:48

Tout près de la scène, et pourtant si loin au dessus du chaos ambiant, un homme était installé sur un toit voisin. Confortablement allongé, les mains croisées derrière la nuque, il sifflotait un air joyeux et rythmé.
Bien à l'abri des regards, caché derrière le renfoncement d'un toit, il observait le ciel, bien loin de l'agitation qui régnait à Sentinelle depuis quelques jours. Un gros tas de cadavres cousus entre eux, puis des cadavres qui apparaissaient mystérieusement...la belle affaire ! A Noghall, on retrouvait des cadavres à des coins de rues tous les matins, pas de quoi en faire tout un plat.
Quoique la mise en scène était assez poussée en l'occurrence. Coudre des cadavres avec du fil de pêche, c'était quand même assez osé. Et comme si ça suffisait pas, les gens juraient avoir déjà vu certains cadavres, ou quelque chose du genre.

Naak bâilla et se redressa à moitié. C'était un Akren aux longs cheveux rassemblés en une natte, et au corps bardé de cicatrices et de tatouages tribaux. Il passa sa main sur son menton et ses joues, fraîchement rasés. Il avait pris soin de se séparer de l'imposante pilosité qu'il avait accumulé lors de son long séjour en prison, et honnêtement il fallait dire que ça rafraîchissait bien.
Ses nouveaux vêtements, volés à un aventurier lui plaisaient bien aussi. Légers, de bonne facture, et assez sympas.

Il passa la tête par dessus le renfoncement pour pouvoir observer la ruelle. Il aperçut d'abord une fille aux cheveux blancs sur un toit en contrebas, qui épiait elle aussi la scène. Avec son plastron de cuir et ses armes, elle avait l'air d'une aventurière, ou d'une mercenaire. A côté d'elle se tenait un type bizarre, affublé d'un masque de corbeau. Mouais, un gars étrange.
Dans la rue, des petits curieux avaient commencé à tripoter le cadavre. Une Noykes, avec l'uniforme de la Guilde des Explorateurs. Puis après elle était venu un homme -enfin probablement un homme, car il était difficile de définir quoique ce soit de lui avec son accoutrement- qui avait emporté des bouts du corps. En partant, il avait recousu les plaies. Un gars minutieux, ou maniaque, ou p'têt juste sympa avec les gardes.
Une Drakéide était adossée contre un mur, mais ne faisait pas mine d'intervenir. Un certain nombre de badauds, aventuriers, mercenaires ou juste curieux, s'était rassemblé devant la ruelle pour pouvoir observer le fameux cadavre qui était le sujet de toutes les conversations.

Naak bâilla de plus belle. Toute cette histoire ne le concernait pas, et très franchement ne l'intéressait pas plus que ça. Il en avait vu des horreurs dans sa vie, même si là c'était quand même particulier. Mais bon, suffisamment de gens s'occupaient déjà de cette histoire, et il n'avait aucune envie de s'en mêler pour le coup.
S'il était venu à Sentinelle, c'était pour retrouver des contacts qui lui avaient fourni un abri le temps que les choses se tassent un peu. Avec l'évasion de masse de la Haute-Prison, les rues n'étaient plus un endroit sûr pour personne, criminels comme civils. Les gardes recherchaient activement tous les évadés, et beaucoup de gens s'étaient cloîtrés chez eux. C'était mauvais pour Naak, mais il n'avait pas pu s'empêcher de venir discrètement jeter un œil à la chose qui faisait trembler la ville.
Décidément les malheurs semblaient s'abattre les uns après les autres sur Sentinelle. Pas de chance. Au moins, l'attention des gardes en était partiellement éloignée de la recherche des criminels. Et ça arrangeait bien l'Akren.

Faisant craquer les articulations de son cou, il se dit qu'il allait encore observer un peu la scène pour voir si les choses allaient évoluer. De son point d'observation très élevé, il surplombait les toits voisins sans être vu, alors autant en profiter.


Dernière édition par Naak Mahaden le Ven 8 Jan - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanilys Dameka

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 25/08/2015

Informations
Race: Hybride
Faction: Opportunistes

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Mar 6 Oct - 22:42

Dameka se gratta la nuque, c'était elle ou... La situation était devenue comique ? Enfin, pas totalement. C'était principalement le cri aigüe venant des airs et la demi-elfe qui avait déstabilisée le garde et avait adressée un regard victorieux à tout le monde. Cette ruelle était devenue une petite scène assez rigolote, pourquoi adresser un regard victorieux à tout le monde ? De son point de vue... La demi-elfe venait juste d'ouvrir un cadavre, à moins que cela soit une sorte de rituel sur ses ennemis... Non, c'était juste une tentative d'analyse, tentative que l'étrange homme masqué fit de manière beaucoup plus convaincante... Sûrement parce qu'il était masqué, l'apparence joue beaucoup dans ce genre de situation.

Toujours est-il que d'en bas, rien n'avançait vraiment... Pour Dameka. Elle n'avait effectuée aucune analyse et honnêtement ? Elle n'en ferait aucune. Heureusement qu'elle avait depuis longtemps perdue le sens de l'odorat, car ça avait l'air de sentir sacrément mauvais. Mais pour ce qui est des compétences d'analyse morbide... De là où elle était, ça avait l'air bien mort et c'était tout ce qui l'intéressait. Si elle devait rendre son rapport maintenant, il y aurait écrit :
" Ça ne bouge plus, c'est sûrement mort... Peut-être, je ne sais pas. "

Résumons la situation. Se dit-elle en son fort intérieur. Tout en sortant son couteau balisong, ou papillon,- les noms varient toujours - elle se mit à le faire tourner, s'amusant avec mais surtout l'aidant à se concentrer.
Donc, on avait un nouveau cadavre au bout de cette ruelle, qui devait certainement embellir chaque passant du parfum cadavre n°5 de la marque psychopathe, un homme masqué des plus inquiétants avec certainement quelques troubles spirituels, une demi-elfe qui ouvre des cadavres avec un air de victoire et une présence au-dessus d'elle beaucoup moins terrifiante depuis qu'elle venait de pousser un cri magnifique. Sans parler de monsieur tout le monde qui ne pouvait s'empêcher de passer par cet endroit de la ville, passionnant.

Bon, elle rangea son couteau avant de passer pour une tarée, bien que c'était rigolo de s'amuser et faire quelques figures avec. Elle décida qu'il était temps de boire un petit quelque chose.

" Hey, toi la drakéide, j'ai que'que chose à te demander ! " Dit une voix lointaine pas si lointaine que ça dans un endroit plutôt proche et pas si éloigné...

Dameka qui était bien partie pour rentrer dans la taverne se tourna brusquement quand elle entendit cette voix lointaine pas si lointaine que ça. Il se trouvait que malheureusement, c'était une personne qui était censée la surveiller, mais elle n'en savait rien et elle se présenta à elle, en train de ranger son couteau.

" Pourquoi avoir prononcé tout haut le nom de ma race ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voron Amesten

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 22/08/2015

Informations
Race: Humain
Faction: ???

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Jeu 8 Oct - 12:37

Haha vous avez vu ça? Elle a sacrément eu les pétoches! Bon alors comment je vais l'aborder... Je ferais bien de me calmer, redevenons sérieux un peu.

- Qu'est-ce que vous en pensez?

Je la regardais intensément, imaginez un oiseau qui vous fixe, qui vous observe. N'avez vous jamais eu l'impression qu'il sondait votre être? Bougeant leur tête avec précision et rapidité. De la même manière je la regardais. Ma tête bougeant par une série de mouvements réflexes, je l'observais. J'étais comme eux, je suis comme eux, je suis connecté à eux. Je vois, je suis leurs yeux, je leur parle, je suis seul en étant multiple. Bref je m'égare... Revenons en plutôt à la jeune femme sur le toit.

- Du poison à première vue, il n'en reste pas moins que selon moi, il y a de la nécromancie.

Je marquais une pause quelque chose attira mon attention derrière moi, mais plus loin. Je le voyais aussi bien que je voyais la vieille devant moi... bah oui les cheveux blancs... Nan? Bon ok que la jeune femme à la chevelure d'hiver devant moi... Mieux? Bon... reprenons. Oui le type là-bas. Un Elfe Noir...

- L'Elfe Noir là bas... Il est calme, serein, ça ne l'atteint pas. Son avis sur le cadavre pourrait nous apporter beaucoup, il semble avoir l'habitude. Peu de gens sont calmes face à des cadavres sauf quand on a l'habitude d'en voir.

Pas difficile d'apercevoir quelqu'un grâce à mes protégés. Mais cet Elfe là-bas dégageait quelque chose de... particulier. Il fallait que je vois ça de plus prêt. Hahaha la curiosité est un vilain défaut mais que voulez-vous ainsi est fait ma nature. Aller une-deux, redressons nous! Et hop on se laisse tomber dans le vide. J'adorais particulièrement la chute libre, ce sentiment de liberté que rien ne vous retiens. Mais aussi cette impression d'être désiré si fort. Attiré par cette force si grande. Avant même de toucher le sol je me retrouvais déjà à planer. N'est-ce pas merveilleux? Quelques battements d'ailes et je me retrouvais, sous ma forme emplumée, devant cet être au sang froid exemplaire, impassible, calme. Tous ceux qui étaient là n'avait qu'une chose en tête, le cadavre. Pour des motivations différentes sans doutes, mais personne ne faisait exception à la règle. Quand j'y repense j'ai même pas laissé le temps à l'autre personne de répondre. Quelque chose me poussait vers lui. Intriguant... Hahaha je vous assure je ne suis pas gay, mais sa musculature fine, sa posture qui semblait décontractée mais qui, pour les plus aguerris d'entre vous, indiquerait qu'il est à l'affût de la moindre menace. Je pense même qu'en cet instant je pourrais être une potentiel victime de cette force tranquille. Prenons les devants. Et...

- Yo! Ou plutôt, Salsis Rieckshwa. Pardonnez mon accent un peu rouillé. Il y a longtemps que je n'avais pas eu à le parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Amaryllis

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015

Informations
Race: Hybride
Faction: Neutre

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Jeu 8 Oct - 19:15

Nora leva un instant les yeux au ciel, il lui semblait avoir entendu quelqu'un parler. Il s'agissait plus précisément de deux personnes, une qui semblait être une Elfe mais elle ne parvenait pas à déterminer son espèce ainsi qu'un type masqué très étrange qui portait un accoutrement étrangement similaire à celui dans la ruelle qui se prétendait médecin. Elle ne s'y intéressa pas davantage car ils ne semblaient pas être là pour véritablement analyser le cadavre.

Elle s’apprêtait à détourner le regard pour le diriger vers la Drakéide qui venait de prendre la parole quand quelque chose de bien plus surprenant et digne d'intérêt survint. Le type au masque sur le toit venait de se jeter dans le vide. L'auberge qui encadrait la ruelle avait beau ne pas être très haute, une chute comme celle-ci pouvait tout de même infliger quelques blessures mineures si atterrissage n'était pas maîtrisé. Mais le pire dans tout ça n'était pas le geste étrange de l'homme masqué mais plutôt ce qui se produit au cours de sa chute. Dans un nuage de poussière, le voltigeur disparût pour ne laisser place qu'à un oiseau au plumage de jais. Il prit alors son envol et quitta le champ de vision de Nora lorsqu'il prit de l'altitude et passa au dessus de la taverne. La scène arracha à Nora un rictus puis un léger rire à peine audible.

Elle avait complémentent oubliée l'injonction proférée à l'encontre de la Drakéide et replongea rapidement dans ses pensées. Pour confirmer sa théories elle devait aller examiner l’amoncellement de cadavres et vérifier si ceux-là étaient vrais ou non. Malheureusement le ciel commençait à s'assombrir et l'orage menaçait. Nora haussa les épaules et poussa un long soupir, pensant qu'il serait préférable d'aller vérifier le lendemain. En plus l'autopsie du corps de la ruelle révélera peut-être quelque chose d’inattendu. Puis de toute façon les découvertes morbides ne semblaient pas prête de s'arrêter avant un bon moment, elle avait tout le temps qu'elle voulait pour investiguer.

Au cours du chemin pour rentrer chez elle une silhouette étrange attira son attention. En réalité, c'est surtout l'uniforme que portait la personne qui l'interpella. La silhouette semblait porter une tenue étrangement similaire à celle portée par les membres de la Guilde des Explorateurs. Intriguée, Nora pressa le pas de façon à rattraper l'ombre qu'elle avait vu défiler d'un coin du regard. Quand elle posa le pied dans la rue qu'avait emprunté sa cible, Nora remarqua d'abord l'apparence particulière de la personne qu'elle suivait. Il semblait s'agir d'un Karas cerf. Deux énormes bois perçaient le sommet de son crâne et de la fourrure brune recouvrait sa tête ainsi que ses mains. D'après l'uniforme qu'il portait il s'agissait d'un membre de très haut rang, au moins aussi gradé que Nora. Pourtant elle n'avait jamais croisé de Karas cerf au cours des différentes réunions de l'administration. Il paraissait alors évident pour Nora qu'il s'agissait d'un imposteur. Et peut-être même pire, peut-être profitait-il de la réputation de la Guilde pour ses propres intérêt, peut-être même était-il le Vent de l'Est.
Nora se plaqua contre un mur à l'angle de la rue et tenta d'observer le cervidé le plus discrètement possible, elle avait l'habitude de ce genre de filatures. Ce qu'elle avait oublié de prendre en compte cependant était l'acuité particulière des Karas. Il se figea un instant et pris la parole. La pluie battante couvrait légèrement le son de sa voix, une voix extrêmement calme, comme s'il disposait d'un sang-froid à toute épreuve.

- Qui est là ?

Bien qu'u fond d'elle même elle voulait se taire et essayer de se faire oublier le plus rapidement possible, la malédiction reprit rapidement le dessus et poussa Nora à se dévoiler et à faire quelques pas dans la rue. A cette heure il n'y avait plus personne dans les rues de la capitale, surtout ces temps si et sous de telles conditions. Nora faisait maintenant face à celui qu'elle poursuivait et pouvait voir clairement son visage. Le visage du cerf était couvert d'une tâche de fourrure blanche qui partait de l'oreille gauche et s’étendait sur toute la joue droite et dans son cou. Il n'y avait plus aucun doute possible, cette personne ne faisait pas partie de la Guilde.

- Nora Amaryllis, Générale de la Brigade d'Exploration Outre-Mer. Et vous, qu'est-ce que vous faites avec notre uniforme ?

Le Karas échappa un rire. Il essuya son visage de la main gauche et reprit sans plus tarder la parole.

- Ahah...ah...Je sais très bien qui vous êtes. Mais je ne m'attendais pas à ce que vous me trouviez si facilement.

Il prit une pause de quelques secondes pour terminer son rire et prendre sa respiration. Nora profita de ce moment pour matérialiser dans sa main gauche une rapière assez classique, loin de celles qu'elle avait l'habitude d'invoquer au cours de ces missions. Après tout, elle n'avait pas besoin de dévoiler toutes ses cartes pour ne s'occuper que d'un simple brigand.

- Je suis Lester Sheperd, Général de la Brigade d'Espionnage et des Affaires Internes. J'ai été chargé de veillez sur vous au cours de l'enquête au sujet du Vent de l'Est.

Nora cracha au sol à côté d'elle, jurant qu'une telle Brigade n'existait pas au sein de la Guilde et que si c'était le cas elle en aurait déjà entendue parler. Sans attendre de réponse elle se jeta sur l'imposteur, déterminée à lui faire dire toute la vérité. Et de toute façon, même si une telle Brigade existait, pourquoi auraient-ils besoin de quelqu'un pour la surveiller ? Elle avait déjà fait ses preuves en tant que membre compétent et capable de se débrouiller seul. Tout se bousculait dans son esprit.

Depuis la Place du Cardinal on entendit retentir au loin d'une explosion suivie d'un épais nuage de fumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niyo Blackwell

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 23

Informations
Race: Hybride
Faction: Opportuniste

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Ven 9 Oct - 23:53

Le crépuscule qui arrivait amplifiait les sens de Niyo, qui monopolisait toutes ses ressources dans un but unique : trier toutes les présences qu'elle ressentait par niveau de menace potentielle.

Le cadavre dans l'allée était bel et bien mort, et même si un nécromant passait dans le coin il ne pourrait pas en faire grand chose vu son état. Niveau de menace inexistant.

Les deux gardes devant la ruelle ne faisaient pas semblant de garder le corps. Ils avaient bronché à chaque fois que quelqu'un avait voulu s'en approcher, et ne semblaient d'ailleurs pas être intéressés par quoi que ce soit d'autre. Niveau de menace minimal.

L'elfe sylvaine qui s'était approchée du cadavre en premier était repartie, et Niyo ne pouvait plus ressentir sa présence. Elle n'était pas dans les environs immédiats. Niveau de menace minimal.

L'étrange homme complètement recouvert qui s'était fait appeler « médecin » par les gardes avait fait son affaire lui aussi, sans que Niyo ait pu en voir grand-chose, et semblait satisfait. Il ne paraissait pas s'intéresser le moins du monde à la cargaison des marchands, mais avait tout de même l'air franchement suspicieux. Il ne lui inspirait pas confiance. Niveau de menace faible, à surveiller.

L'Homme-oiseau bizarre qui l'avait surprise avait mit tous ses capteurs dans le rouge quand il était apparût, mais il lui faisait beaucoup moins peur maintenant : ça ressemblait à un piaf, ça bougeait comme un piaf, ça la regardait comme un piaf, et ça ne semblait pas avoir d'intention belliqueuse. Les oiseaux, ça se trouvait dans ses montagnes d'origine, elle savait gérer. Niveau de menace passe de élevé à faible, à surveiller quand même.

" J'en pense que je ne crois que ce que je sens, et que je ne sens pas grand chose à part de la chair en putréfaction actuellement. J'suis pas une experte en cadavres suspects. Mais si l'elfe noir là-bas a des infos elles m'intéressent. "

L'elfe noir, d'ailleurs... loin, et pas d'intention belliqueuse. En fait, pas d'intention détectable du tout.  Sa présence elle-même était ténue. Niveau de menace minimum, à surveiller par acquis de conscience.

L'homme-corbeau bizarre s'envola littéralement du toit, se transformant en corbeau en pleine chute, probablement pour aller interroger l'elfe noir.

Niyo le regarda partir sans plus broncher. Elle était déjà persuadée que c'était un métamorphe de haut niveau. Hors de son village, on jugeait les croyances des Arctos stupide et superstitieuses, mais Niyo croyait dur comme fer à l'existence des esprits animaux protecteurs, en particulier le grand Ours gardien des Arctos. Pour elle, les légendes et les contes qui circulaient sur le Corbeau n'en étaient pas.

Tiens, ça bougeait en bas. Son collègue de guet semblait s'intéresser à la drakéïde. S'il se mettait à la draguer, Niyo se chargerait personnellement qu'il ne puisse plus jamais procréer. Elle hésita à descendre du toit, mais, avec le crépuscule qui arrivait, on avait plus que jamais besoin d'elle pour le guet là-haut. Elle se contenta de se rapprocher de la drakéïde, s’accroupissant au bord du toit comme une gargouille, prête à agir si ça tournait au vinaigre.

Pas certaine que son collègue pouvait la voir très bien d'où elle était, elle lui demanda :

"Qu'est-ce qu'il se passe ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirnon Thaddeus

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/03/2015
Age : 19

Informations
Race: Mort-Vivant
Faction: /////

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Sam 10 Oct - 18:13

Ah la nuit, la période préférée des vampires. Contrairement à ce que les contes et légendes ont laisser entendre, les vampires n'aiment pas la nuit parce que leurs pouvoirs s'y trouvent renforcées, ni quelque raison que ce soit, mais simplement parce que dans la nuit, tout le monde se ressemble. Pour les vampires les moins belliqueux comme Kirnon, la nuit est leur période préférée.

Ceci combiné à la disparition de l'emprise du soleil sur leur peau, ils se sentaient libres, et un moment, il eut même envie d'arracher ce masque de son visage, mais il se ravisa, se contentant de sentir la pluie qui venait d'arriver, tomber sur son masque de fer, glisser vers le bout du bec, pour tomber au sol, des gouttes parmi tant d'autres.

Les bras dans le dos, il leva son visage vers le ciel qui pleurait, la nuit arrivant, et ferma les yeux, imaginant la pluie tomber réellement sur son visage, puis il fit retomber sa tête vers le sol, avant de se mettre à réfléchir aux événements récents.

Les cris qu'il avait entendu plus tôt étaient visiblement ceux d'une jeune femme, il n'arrivait pas à définir sa race précisément, postée sur le toit de l'auberge, probablement une mercenaire protégeant quelqu'un dans ladite auberge. Elle avait étée surprise par un homme tout de plumes noires vêtu, qui semblait être comme apparu devant elle. Le type portait un masque dont le design était similaire au sien, mais pour lui, il s’agissait d'un masque mécanique en métal, alors que l'individu en question semblait porter une sorte de... Crâne d'oiseau.

Pour couronner le tout, il avait décider de sauter du toit pour en descendre. Kirnon avait pensé qu'il allait devoir aller faire son travail et remettre en place les os brisés qu'il allait avoir, il avait déjà la liste dans sa tête. Remettre les os en place, faire une attelle, des herbes pour calmer la douleur, et préciser, au cas ou cela ne serait pas évident, que sauter du haut du toit d'une auberge n'est jamais une bonne idée.

Au lieu de ça, l'homme, en une fraction de seconde, avait prit une forme de corbeau, et s'était dirigé vers un elfe noir que Kirnon n'avait pas vu. Le type était donc un polymorphe ? Un bon alors, car pour se changer ainsi, si vite, sans incantation orale, en une forme parfaite d'un animal avec une masse différente du corps original, et le tout en chute libre, il était décidément bon.

Pendant qu'il faisait toujours sa petite contemplation silencieuse de la pluie, il y réfléchissait beaucoup.

Les légendes, les contes de personnages mythiques aux allures de corbeaux, en 560 ans, il avait eu le temps d'en entendre parler, surtout qu'il avait toujours été sur les routes, il avait donc été en contact avec des voyageurs, des marchands, et donc des ragots, des légendes.

Il était en train de penser à tout cela en marchant vers l'auberge que semblait garder la mercenaire, après tout, c'est ici qu'il avait une chambre depuis environ une semaine, quand on entendit une explosion. Proche.

Presque inconsciemment, par automatisme, il dégaina son épée. L'arme, enchantée de pouvoirs de glace avait revêtu son aura bleutée. Kirnon tournait la tête, à la recherche de l'origine du bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naak Mahaden

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 13/09/2015

Informations
Race: Akren
Faction: Neutre/Opportuniste

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Sam 10 Oct - 18:23

-...

Naak avait à peine tourné la tête vers l'homme-corbeau, haussant un sourcil. Il l'avait repéré bien vite, malgré le fait qu'il n'avait pas complètement effacé sa présence. En même temps, l'Akren avait eu ce pressentiment en voyant le type au masque pour la première fois. Il était différent des personnes présentes sur le lieu du sinistre. Il dégageait quelque chose d'étonnant, encore plus vu de près. On aurait dit un oiseau, avec sa façon bizarre de bouger la tête, et son masque.
Un corbeau, plus précisément.
Sans prendre la peine de se lever, Naak bâilla.

-Qui es-tu ?

Une question simple, posée sur un ton parfaitement neutre. Nonchalant même.
Mais derrière son attitude détendue, Naak observait l'individu d'un œil prudent. Il avait été capable de le repérer facilement, et apparemment c'était un métamorphe talentueux. Deux bonnes raisons de se méfier de lui.
Toujours était-il que cet étrange homme-corbeau venait d'éveiller un peu l'intérêt de Naak. Lui qui était juste venu par curiosité, on aurait dit qu'il venait de tomber sur quelque chose de plus alléchant qu'un vieux tas de cadavres cousus entre eux.

Pourtant...
Quelque chose intriguait toujours l'Akren. Comment a-t-il fait pour me trouver facilement comme ça...?
Il jeta brièvement quelques coups d’œil à la ronde. Rien, aucune autre personne sur les toits. A part quelques corbeaux, rien de bien...
Minute. Quelques corbeaux ?
L'intelligence de Naak était loin d'égaler celle des plus grands esprits de ce monde, mais il était doté d'une capacité d'observation et d'analyse très pointue. Son esprit fit en une fraction de seconde le rapprochement entre les oiseaux posés tranquillement sur les toits, et l'homme au masque de corbeau qui lui faisait face.
Ce mec...quel genre de pouvoir possédait-il ? Avait-il repéré Naak grâce aux corbeaux ? Probable. L'Akren avait entendu quelques histoires à ce sujet, mais il n'y avait jamais prêté plus attention que ça.

Une pluie avait commencé à tomber sur la ville. Bah, un désagrément mineur, sans importance.
Naak ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais soudain le bruit d'une violente détonation retentit au loin, suivie d'un nuage de fumée grimpant vers le ciel. Des cris retentirent en bas, sur la place. L'agitation commença à croître et à se répandre en vague de panique.

-Hééé, regarde-les...on dirait une colonie de fourmis en pleine détresse, soupira Naak, en voyant les gens s'alarmer plus bas.
Il fit craquer ses articulations et se releva, la pluie ruisselant sur son corps. La journée n'était pas perdue après tout.

-Bien, bien, bien...je ne sais pas ce que tu veux, homme-corbeau, mais moi je vais voir ce qui se passe là-bas. Il désigna du pouce la colonne de fumée. Ça m'a l'air plus intéressant que ce tas de macchabées.


Dernière édition par Naak Mahaden le Ven 8 Jan - 22:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voron Amesten

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 22/08/2015

Informations
Race: Humain
Faction: ???

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Ven 6 Nov - 11:41

- Je te suis... Assassin.

Oui cela me paraissait évident. Ces vêtements étaient fait pour laisser une totale liberté de mouvement. Sa musculature fine signifiait un entrainement intensif. Je ne suis pas fou... enfin si certains le disent. Mais chacun de ces mouvements étaient d'une grande précision. J'avais eu l'occasion de croiser parfois quelques membres de la guilde des Assassins, mais jamais d'aussi prêt. Et je dois bien avouer que celui que j'avais en face de moi, portait une aura des plus macabres. Malgré sa tranquillité qui se voulait de ne rien trahir je sentais pourtant qu'il cherchait à en savoir plus sur moi à l'instant où de ses furtifs mouvements oculaires, il essayait de deviner comment je l'avais vu.
Ce petit était doué... très doué, et son sens de l'observation était assez impressionnant. Je pense qu'il a compris pour les corbeaux... En même temps à me voir... on peut faire le rapprochement assez vite, mais un maigre sourire sur son visage me laissa penser qu'il commençait à comprendre bien plus de chose. Ce qui en soit, éveilla en moi curiosité et effroi. Comprenez bien, qu'un assassin qui s'intéresse à vous n'est pas forcément un bon présage si vous voyez ce que je veux dire. Je devrais être prudent à l'avenir.

Nous nous rapprochions de la fumée à vive allure. Comme je le pensais il était très agile en un instant nous fûmes arrivé sur les lieux. La fumée avait un peu de mal à se dissiper, mais déjà les premiers sons nous parvenaient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Amaryllis

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015

Informations
Race: Hybride
Faction: Neutre

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Dim 15 Nov - 15:54

L'épais nuage de fumée n'était pas encore dissipé que déjà un attroupement de gardes et de civils s'agglomérait déjà dans la rue. Depuis les hauts bâtiments de la capitale on pouvait avoir une vue d'ensemble de toute la scène mais rien ne trahissait ce qui se cachait profondément dans la fumée, aucune silhouette, aucun bruit, rien, juste une atmosphère pesante. La pluie torrentielle continuait de s'abattre. D'habitude, à cette heure-ci et sous ces conditions, les habitants de Sentinelle se sentent en sécurité, proche de la chaleur réconfortante du foyer. Maintenant tout avait bien changé.

La garde impériale, aidée par quelques représentant de l'Eglise, parvenaient tant bien que mal à éviter les débordements de panique au sein de la population proche de l'accident. Les minutes passèrent lentement. Bientôt le travail de la pluie et du vent permirent de dégager le nuage de fumée. Et, quand il ne fût plus là, en lieu et place de ce que tout le monde avait défini comme une explosion sourde, rien, personne. Décidément, les événements étranges se succédaient bien rapidement dans la plus grande ville de l'Empire.

Toute cette agitation sur ce qui était en train de se produire détournait le regard de la population et, pendant ce temps là, complètement inaperçu, quelqu'un observait la scène depuis les hauteurs. Un Karas Cerf portant quelque chose sous le bras. De nombreux corbeaux semblaient aussi survoler le périmètre. L'ombre sur le toit leva la tête, elle avait repéré les oiseaux de mauvaise augure. Sa réaction ne se fit pas attendre, le Karas sauta de toit en toit, de maison en maison, de façon à quitter les lieux le plus rapidement possible sans se faire voir. Il fini par arpenter silencieusement les petites ruelles de la capitale, à l'abris des regards indiscrets des mendiants et autres parias, seules personnes encore dehors à cette heure de la nuit.
Et le temps passa. Après un peu moins de deux heure de fuite, le Karas et son colis arrivèrent à un endroit bien connu de la capitale.

Le cervidé ouvrit doucement la gigantesque porte de fer de l'édifice. Devant lui un comptoir et une dizaine de tableaux d'affichage. Même à cette heure il y avait toujours quelqu'un pour accueillir les voyageurs ou les membres de retour à Sentinelle. La personne en charge ce soir était une Elfe, elle était nouvelle ici et ne reconnaissait pas la personne qui venait de faire irruption dans le bâtiment. Il lui présenta rapidement sa croix de fer et improvisa un mensonge, plutôt convainquant, pour expliquer pourquoi il portait sous le bras une personnage vraisemblablement inconsciente. Une fois ce "contrôle" passé, in se dirigea vers les sous-sols de l'édifice. Slalomant à travers les étagères remplies de documents d'archives, il fini par atteindre un petit renfoncement, astucieusement dissimulé entre deux grandes bibliothèques. Une pierre était plus longue que les autres et dépassait clairement du mur. Il ne suffi que d'une pression de cette pierre pour actionner un mécanisme dissimulé derrière. En réponse le mur s'ouvrit par la droite, créant une ouverture suffisante pour laisser passer le Karas.

Il se trouvait désormais dans une pièce qui ressemblait vaguement à celle par laquelle il était entré dans le bâtiment. Les mêmes tapisseries sur les murs, les mêmes statues et colonnes le long des murs, les mêmes panneaux d'affichage. Si ce n'est qu'ici il n'y avait personne. Le cerf passa le long du comptoir jusqu'à un couloir, à gauche de celui-ci. De nombreuses portes jonchaient ce couloir, il ouvrit l'une d'elle et pénétra dans la pièce qui s'offrait à lui. Il déposa la personne qu'il transportait sur lit. Il s'assit à la petite table qui se trouvait non loin et griffonna quelques mots sur une page à l'aide d'une plume à encre qui se trouvait là. Puis, sans attendre, il se leva et quitta la pièce.

Quelques heures plus tard, quand Nora retrouva ses esprits, elle étant dans un endroit à la fois familier et totalement inconnu. Quelque chose lui rappelait étrangement les chambres de la Guilde des Explorateurs alors que le silence ambiant était tout à fait inhabituel de ces lieux, même en plein milieu de la nuit. Elle se leva difficilement, tous ses membres étaient encore très engourdis. Tout se bousculait dans son esprit, elle n'avait que des bribes de mémoire concernant ce qui était arrivé avant qu'elle ne perde connaissance. Elle se souvenait un Karas cerf, elle se souvenait lui avoir sauté dessus, elle se souvenait une lueur argenté émaner de l'une des poches de son opposant puis plus rien. Elle fit le tour de la pièce et tenta d'en sortir, en vain. La pièce était fermée à clef. Son sang ne fit qu'un tour, elle s'apprêter à matérialiser un canon pour oblitérer le morceau de bois qui se trouvait entre elle et sa liberté quand elle remarqua la note déposée sur la table. Elle lu le mot. Et à mesure qu'elle lisait, un sourire se dessinait peu à peu sur son visage, le sourire de quelqu'un qui a été dupé comme un débutant mais qui reconnait tout de même :a valeur de son adversaire.

- On va bien voir si tu dis la vérité. Lester Sheperd...


Et, en parallèle, dans une rue de Sentinelle, un Vent d'Est glacé souffle sur les imprudents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niyo Blackwell

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 23

Informations
Race: Hybride
Faction: Opportuniste

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Dim 15 Nov - 23:34

HRP:
 


La pluie. Niyo n'aimait pas la pluie pendant les missions. Elle faisait tomber les odeurs et étouffait les sons. Tout pour rendre sa mission de surveillance plus difficile.

L'Homme-corbeau était parti voir l'elfe noir qui n'était guère plus qu'une présence. Il n'y avait en fait plus grand monde sur la place. Mais en-dessous d'elle, à l'intérieur, ça s'agitait. Sa mission était sur le point de se terminer. Elle entendit des injections de son supérieur, et la famille qu'elle était censée protéger remballer. Le contrat n'était valable que jusqu'à la fin de la dernière livraison, le retour aux portes de la villes n'était pas compris.

« Hey, Niyo, tu reviens avec nous au QG ? On va fêter la fin de la mission nous !

- Non merci, je préfère rester là.

- Ha.... eh bien.... tant pis... je laisserais ta paie sur ton compte, comme d'habitude, tu passera la rechercher plus tard ! »


Ce mercenaire vétéran était un des seuls qui avait l'air de comprendre Niyo et de ne pas lui tenir rigueur de son manque de sociabilité. Elle lui en était reconnaissante.

Juste au moment où les autres mercenaires repartaient par la rue arrière de service, une explosion retentit dans la direction opposée, dans une rue proche de la place.

Niyo essaya d'évaluer la situation malgré la pluie et la fumée. Elle entendait des cris, des pleurs, des bousculades, mais pas de bruit de métal, de tuile ou de bois. Probablement pas de dégât matériel. Mais la fumée était épaisse et lui brûlait le nez et les yeux.
Les gardes se précipitaient vers l'explosion pour calmer les civils et comprendre ce qu'il s'était passé. Niyo, elle, enroula son écharpe autour de son nez et descendit en un éclair de son perchoir et couru voir l'Homme masqué. Il ne lui inspirait pas confiance, mais s'il savait soigner, il allait être utile :

« Hey, vous ! Vous êtes médecin non ? Il y a pas mal de gens apeurés, ils risquent de se piétiner les uns les autres il n'y a pas assez de gardes. Je vais donner un coup de main, vous venez ? »




L'explosion avait été assez forte, mais le vampire doutait qu'il puisse s'agir d'une bombe complète, ses sens étaient à leur paroxysme, car chez les vampires, les capacités augmentent au fur et à mesure que le vampire commence à manquer de sang. Moins un vampire bois de sang et plus il peut se maintenir dans cet état.

Cependant, les conséquences psychologiques sont souvent fortes, et certains vampires peuvent en devenir fou.

Il rangea son épée, il n'avait pas besoin d'avoir l'air encore plus suspect, il sentait déjà des regards sur lui. Pas hostiles, mais pas non plus les plus chaleureux qu'il lui avait été donné de recevoir.

L'épée fit un petit bruit, mélodieux, comme une plainte douce quand elle siffla dans l'air pour se ranger dans son fourreau.

Il s'apprêtait à rejoindre le lieu de l'explosion quand on l'interpella.

- Hey, vous ! Vous êtes médecin non ? Il y a pas mal de gens apeurés, ils risquent de se piétiner les uns les autres il n'y a pas assez de gardes. Je vais donner un coup de main, vous venez ?

- Oui, oui, pas de soucis, j'y allait justement.


Il l'avait déjà vue cette petite. C'était celle qui était postée sur le toit, sûrement une mercenaire. Très pro. Aucune émotion incontrôlée, pas de peur, de surprise, de choc dans sa voix, elle était calme et posée. Une pro.

Il se mirent en marche vers la place, marchant sans courir, mais avec un rythme assez léger et rythmé

Quand ils arrivèrent, la foule était paniquée, les gens courraient en tout sens, sans se soucier des autres, et le médecin eut à se jeter au sol en tirant un très jeune elfe, probablement 5-6 ans pour qu'il ne se fasse pas piétiner. Il se releva et rendit sa mère qui venait de le rejoindre. Cette dernière ne dit pas une parole et partit avec son fils, mais ça, le vampire en avait l'habitude.

Niyo s'était séparée du médecin au masque dès qu'ils étaient arrivés sur les lieux. Il n'y avait pas tant de gens que ça, mais ils étaient dans un état de panique considérable. Plus que pour un simple pétard. L'ambiance très lourde de ces dernières semaines devait leur avoir mit les nerfs à fleur de peau et leur réaction était disproportionnée. Les gardes essayaient de contenir les civils avec un succès mitigé. Ils essayaient de hurler pour se faire entendre, mais le vacarme était tel que même Niyo avait du mal à comprendre ce qu'ils disaient.

Rapidement, la pluie fit tomber la fumée et Niyo pu enlever son écharpe et y voir comme en plein jour. Mieux qu'en plein jour même. Elle courrait d'un civil à l'autre, leur disant toujours la même chose, d'une voix douce et calme :

« Vous êtes blessés ? Ne vous inquiétez pas, il n'y a pas eu de dégâts, juste de la fumée et du bruit. Rentrez chez vous. »

Occasionnellement, elle trouvait quelqu'un qui semblait avoir respiré trop de fumée ou se frottait les yeux. Elle les mettait à part en leur demandant d'attendre. La plupart, complètement perdus, étaient tellement soulagés qu'on leur donne une indication qu'ils obéissaient sans broncher. Niyo avait l'impression d'essayer de regrouper un troupeau de moutons laineux effrayés par un loup.

Au bout de plusieurs longues minutes, le brouhaha s'était calmé. Entre les civils qui avaient fuis sans réfléchir, et ceux qui avaient écouté Niyo ou les gardes et étaient rentrés chez eux, il ne restait plus que le médecin et le petit groupe qu'elle avait regroupé sur le bord de la place. Elle fit signe au premier et guida gentiment les autres jusqu'à l'auberge. Ils n'avaient rien de grave, mais ils auraient besoin d'un bol de soupe chaude et d'un peu de temps pour faire passer le choc.


Le chaos était impressionnant. Les gardes, et une partie de l'égide s'époumonaient à crier des phrases comme "Tout va bien", "Rentrez chez vous", mais ce n'était pas vraiment comme ça qu'on contenait une foule...

Le médecin, lui, marchait entre les colonnes de gens. Il aidait ceux qui étaient trop en état de choc ou qui semblaient avoir du mal à respirer. Il remarqua que la mercenaire avait formé un groupe, et il déduisit de ce qu'il vu que c'était ceux qui auraient besoin d'assistance médicale. Excellente idée !

Il continua à arpenter la place, en parlant plus calmement aux gens que l'égide ou la garde, minimisant la situation, calmant ceux qu'il pouvait et envoyant ceux qu'il devrait occulter plus tard vers le groupe formé par la mercenaire plus tôt.

Une fois que le calme était retombé, il revint ver elle, en dépoussiérant ses vêtements.

- Bon, je vous propose qu'on les installe à l'auberge, on y sera plus au calme, et cette pluie ne vas pas nous laisser bien le choix.

Pendant qu'ils marchèrent vers l'auberge, il sortit des feuilles de sa sacoche, des fioles, et il commençait déjà à faire tremper ces feuilles dans d'autres mixtures, créant des liquides de couleurs chatoyantes, qu'il contait bien distribuer une fois à l'auberge.

Ils furent rapidement dans l'auberge. Niyo lança ses maigres économies au tenancier en lui demander de préparer de la soupe pour tout le monde. Pas qu'elle était mal payée, mais le plus gros de son argent retournait à sa famille dans les montagnes. Elle avait toute une tripotée de frères et sœurs à aider.
Ceci dit, il lui restait encore assez pour payer à manger à une demi-douzaine de malheureux en état de choc. Elle aussi ne serait pas contre une soupe d'ailleurs. Et une bière. Ou deux. La journée avait été longue et la nuit ne faisait que commencer.

Elle voyait le médecin s'occuper des blessés légers, bander un pied maltraité dans la bousculade, donner une mixture d'une couleur étrange à un enfant qui avait les yeux rouges et gonflés. Elle s'attela à distribuer en silence la nourriture à ceux qui commençaient à reprendre leurs esprits. Certains commençaient à reprendre conscience de la situation, remarquer qu'ils étaient en sécurité. Ils la remerciaient et elle répondait d'un signe de tête. Il ne s'était rien passé de si dramatique et il n'y avait eu aucun dommage matériel. Ils allaient très probablement boire leur soupe et rentrer chez eux.

Une fois qu'elle eût finit, Niyo s'assit au comptoir et bu sa propre soupe. L'aubergiste la remerciait d'avoir ramené du monde dans son auberge alors qu'il peinait à avoir le moindre client à cause des gardes et du tas de cadavres puant dans la ruelle d'à-côté. Elle lui répondit d'un signe de tête.

Et puis elle vit le médecin s'asseoir à-côté d'elle. Elle hésita, mais la curiosité prit le dessus sur la méfiance. Après tout, depuis qu'elle l'avait vu la première fois, il n'avait jamais montré le moindre signe d'hostilité :

« Vous l'enlevez jamais, votre masque ? »


Une fois qu'il eu fini de s'occuper des autres il vint s'assoir vers la mercenaire. Elle ne semblait pas vraiment des plus bavardes, mais elle était une mercenaire, et qui plus est, une bonne, comme il avait pu le remarquer.

- Mon masque ?

Il toucha du bout des doigts ledit masque, un mélange de bois, de métal, de tubes et de tissus.

- Parfois j'oublie qu'il est là, je l'ai depuis si longtemps... C'est presque une partie de moi à présent.

Faux, un mensonge. Il détestait son masque, il l'arracherait si il le pouvait. Il représentait tout ce qu'il détestait chez lui, sa race. Il bouillait mais ne se laissa pas dominé par ses émotions et commanda une bière. Il porta sa main au visage, et pressa un petit mécanisme au niveau de l'oreille, qui ouvrit en quelque sorte le masque, deux parties au niveau de la bouche se rétractèrent pour lui permettre de boire. La sa peau était blanche et maladive, on voyait, même avec le peu de peau, qu'il y avait quelque chose.

- Maladie. Peste ? Rage des sables ? Personne n'as jamais vraiment su. Mon visage n'en est pas un, il est le reste d'un visage qui n'as jamais vraiment existé, je suis né ainsi. Alors j'ai choisi un masque, pour les autres au temps que pour moi.

Niyo continua de boire sa soupe lentement, avant de répondre, d'un ton posé :

- Vous savez, j'en ai vu d'autres. Dans mon village on a tous le teint très pâle, et y a pas mal de maladies qu'on n'est pas assez riches pour soigner. Vous venez d'où vous ?


Bon, et bien c'était déjà ça, elle n'était pas dénudée de conversation.

- Et bien mon cas est similaire alors, je suis né dans un petit village au pied des montagnes du nord, très pauvre, et les brumes éternelles qui étaient tout proches étaient un gros désavantage, mais nous n'avions guère le choix.

- Les montagnes du Nord ? Je viens des montagnes du sud. Il semblerait qu'on ait tous les deux faits un bout de chemin avant d'arriver ici. Dites, vous avez fait des genres d'analyses tout à l'heure non ? Ce tas de cadavres m'intéresse, et en plus le tenancier m'a proposé tout à l'heure les consommations gratuites en échange de surveiller ce qu'il se passe cette nuit. Si vous avez des indices....


Depuis son toit elle avait pu voir ce qu'il avait fait ? Impressionnant !

- Et bien, maintenant que vous le dites...

Il sortit les deux petits flacons, tout deux contenants une liquide et un morceau de chair découpé consciencieusement, l'un noir et l'un couleur chair, naturel.

- Ce liquide est un réactif à poison. Si je trempe un morceau de chair dedans, la chair va se colorer par endroit ou elle à été contaminée par du poison.

Il indiqua la première fiole.

- Ici, la chair proviens du tube digestif, et elle est entièrement noire. Il y à donc eu du poison dans le corps de notre victime, et en grande quantité si j'en crois l'état dans lequel ses intestins étaient.

Il indiqua la deuxième.

- Ici, la chair proviens de la trachée de notre victime, et la chair est restée naturelle, j'en déduis donc que la victime à été empoisonnée, et en avalant le poison, il ne l'as pas par exemple inhalé.

Il s'appuya sur le dossier de sa chaise, laissant les fioles sur le bar, si la mercenaire était intéressée pour regarder de plus près.

- De plus, à la vue de son visage, son expression de douleur intense, je pense que sans trop me tromper je peut affirmer qu'il est mort en mangeant des aliments empoisonnés en grande quantité. La noirceur de la chair prouve que le poison n'était pas d'une qualité exceptionnelle, assez basique même, je pourrait en fabriquer avec le contenu d'une simple cuisine, mais il y en avait une dose impressionnante. On voulait que cet homme meure rapidement. Très rapidement

Il soupira.

- J'aurait aimé analyser si il y avait du poison dans son sang aussi, mais il m'aurait fallu plus de temps.


Niyo acquiesca en silence, n'osant pas trop s'approcher des fioles au contenu peu ragoutant. Elle le croyait sur paroles. Elle finit sa soupe sans un mot de plus, avant d'attraper son arc et son épée et de ressortir de l'auberge. Le médecin étrange mais étonnamment gentil était libre de la suivre s'il voulait, elle lui avait révélé son programme de la soirée. Elle remonta sur le toit et se cacha sous le couvert des cheminées de l'auberge, attendant la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naak Mahaden

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 13/09/2015

Informations
Race: Akren
Faction: Neutre/Opportuniste

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Dim 22 Nov - 21:46

HRP :
 

Juchés sur les hauteurs, deux énigmatiques personnages observaient l'épais nuage de fumée se dissiper petit à petit.
Accroupi au bord du toit, Naak avait l'air pensif. Qu'est-ce qui avait bien pu déclencher une telle chose ? Une bombe fumigène ou un truc du genre, à en juger par l'état intact des lieux. Maintenant, qui avait déclenché ça ? Pas n'importe quel clochard, pour se balader avec ce genre d'objets. A moins que ce ne soit une capacité spéciale ?
Bof...pour le moment l'idée c'était de trouver le, ou les responsables. Quand à savoir ce qu'il allait faire après, Naak n'en avait aucune idée. Seule la curiosité l'avait amené ici.

Il ferma les yeux. Quand il les rouvrit, ils brillaient d'un éclat plus vif, comme si un léger halo les entourait. Sa vision largement accrue, il commença à scruter dans tous les sens à la recherche d'un potentiel coupable. Et c'est sur un toit voisin qu'il aperçut une silhouette...

Je suivais l'assassin lorsque je le vis s'arrêter, il prit un instant pour observer la situation, mais le temps pressait, il ne l'avait pas encore vu mais ses sens le lui permettrait bientôt. Quand je dis que ce petit a du potentiel, je ne mens pas. Quinze secondes peut être dix, mais notre cible serait déjà loin. Je n'arrêterai pas ma course. Je me sentais presque en compétition avec lui, ce sentiment qui me pousse à vouloir lui prouver quelque chose.

Il brillait par quelques talents qu'il venait de montrer. Observation, vitesse, agilité... à moi de lui montrer de quoi j'étais capable. Alors que j'arrivais à sa hauteur... Non il venait de le voir! Vraiment impressionnant. Ce petit me laisse sur le cul. Hahaha, splendide! Fascinant! Il y a ici plus d'individus qui sortent de l'ordinaire ici que de ploucs!

- T'arrêtes pas il va nous semer! Il a déjà compris lui aussi.

Nous n'avions pas le temps de ralentir et ce type dégageait lui aussi quelque chose de puissant. Et Voron prend la tête!


-Ouais, on dirait bien...

Rapide l'homme-corbeau. Il avait déjà repéré le type, probablement avant Naak. Pratique de pouvoir regarder à travers les yeux des corbeaux qui survolaient la zone.
Pas le temps de réfléchir, l'homme-corbeau avait continué sa course, et il était repassé en tête. On aurait dit qu'il voulait faire la course, et Naak n'avait rien contre ce genre de défi. Surtout contre ce genre de bonhomme.

Le halo autour de ses yeux de Naak disparut. En même temps que lui.
En un clin d’œil, il s'était remis en mouvement. Il courait maintenant, bondissant de toit en toit avec l'aisance d'un poisson dans l'eau. Sa course était rapide et puissante, pourtant son pas était léger et fluide. Très vite, il avait parcouru une grande distance, tout en prenant soin de ne pas révéler sa présence.

Il se permit de jeter un regard à l'énigmatique personnage qui l'accompagnait. Il avait une très bonne capacité d'observation cet homme-corbeau. Après tout il avait pu rapidement avancer que l'Akren était un assassin. Et son pouvoir...deux bonnes raisons de ne pas baisser sa garde.
Mais pour le moment, Naak avait repéré la cible, et il ne comptait plus la lâcher des yeux.

Nos vitesses semblaient équivalentes, mais ses mouvements étaient calculés. De ces foulées jusqu'au balancier de ses bras, tout était optimisé. Sa dépense d'énergie était minime et son endurance préservée. Il sautait de toit en toit, lui aussi venait de se prendre au jeu, parfait ça n'en serait que plus simple.

La cible allait bientôt arriver à l'endroit choisi. Je vais devoir me dépêcher. J'alternais les transformations à chaque trous entre les toits. Corbeau, humain, corbeau. Mais lui... lui ne faisait que sauter. Etait-il physiquement aussi puissant? Où bien avait il maximiser sa force pour l'augmenter encore plus avec une compétence d'aer? Spécialiste? Nan bien trop rare... Un spiritualiste! Ses yeux... c'était donc ça! Ce type est de plus en plus effrayant. Hahaha, ce n'est pas juste un Akren... C'est un véritable monstre de puissance. Il n'a toujours pas utilisé son aer pour développer ses capacités musculaire! Sublime, formidable! Il me faut une idée et vite. Il faut l'intercepter. Il n'y plus qu'une solution!

- Haaaaaahahahaha, tu es un sacré morceau l'assassin! Mais trève de politesse je vais avoir besoin de tes talents! D'ici une minute il va nous distancer, sa vitesse augmente toujours, et il a repéré les corbeaux dès le début. C'est pas la moitié d'un amateur. Il va falloir que tu me lances! On a qu'une chance!


-Que je te...lance ? Allez, ça peut être marrant, fit Naak.

Il ralentit un peu dans sa course et se prépara à réceptionner l'homme-corbeau. Une sorte d'effluve d'un bleu presque blanc, la même qui avait entouré ses yeux plus tôt, se répandait maintenant sur son bras. Il concentrait toute sa puissance au même endroit pour augmenter les effets.

De son côté l'homme-corbeau avait entamé un processus de métamorphose. Sans s'arrêter non plus dans sa course, son corps rétrécit de plus en plus, se roula sur lui-même pour finalement devenir une boule noire tenant dans la main.
Lorsqu'il atterrit dans la main de Naak, ce dernier put constater qu'on aurait dit du métal, sans en être. Naak tenait désormais dans la main un petit boulet de canon.

L'Akren freina brusquement, faisant crisser les tuiles du toit, en envoyant balader un certain nombre d'entre elles. Profitant de son formidable élan, il arma son bras en le tendant le plus loin possible derrière lui.

De toute la force de son bras, amplifiée par le pouvoir de l'Aer Spiritualiste et par son élan, Naak lança l'homme-corbeau-boulet. Son bras décrivit une courbe parfaite, et lorsque sa main se trouva tendue devant lui, le petit boulet de canon quitta ses doigts.
Propulsé à une vitesse hallucinante, le boulet fusa, presque invisible, vers sa cible.

- Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!

Je me rapprochais de ce Karas Cerf à grande vitesse. Quinze mètres... Dix mètres... Maintenant! Je reprend ma forme de corbeau bande d'emplumés! Merde nan! Onze mètres, quinze mètres! Bordel mais comment peut il encore accélérer! Je dois ralentir ma course... cela ne sert plus à rien. Il vient de disparaître dans les ruelles. Ah voilà l'Akren...

- On l'a perdu... fichtre... tout ça pour rien.


Naak soupira. Dommage, ils avaient loupé un gros morceau. Il avait réussi à les semer, alors qu'ils étaient tous deux experts en pistage et en traque. Ce Karas Cerf avait tout l'air d'être très intéressant. Bien plus que le pauvre tas de cadavres qui moisissait plus loin...

Mais dans la poursuite, Naak avait eu le temps d'apercevoir quelque chose de plus.

-Hey, l'homme-corbeau. Tu l'as vu toi aussi ?
-Il portait la nana de la ruelle...


Aller un beau geste, j'vais peut-être lui tendre la main nan? Bon au moins lui dire mon nom.

- Voron et toi?

L'Akren observa un court instant l'homme-corbeau en haussant les sourcils.

-Naak. Tu sais quoi Voron ? Je vais aller boire un coup, ça m'a donné soif tout ça. Tenté ?

D'un commun accord, Voron et Naak retournèrent sur leurs pas, en direction de la plus proche taverne. Taverne où se trouvaient au moment où ils parlaient, un sinistre médecin et une jeune mercenaire aux cheveux blancs.
Sous d'autres apparences données par Voron pour plus de précautions, Naak et l'homme-corbeau arrivèrent devant l'auberge. Un corbeau était toujours posé sur l'épaule de Voron malgré tout.
Un vent glacé venait de se lever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Amaryllis

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 18/08/2015

Informations
Race: Hybride
Faction: Neutre

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Ven 22 Jan - 22:57

Tous ceux présents plus tôt dans la ruelle s'étaient finalement rendus dans la même taverne. Là-bas l'ambiance était encore assez tendue. Entre les événements récents, l'explosion au loin quelques heures auparavant ainsi que la tombée de la nuit étaient suffisamment d'éléments pour rendre toute la population de la capitale impériale complètement paranoïaque.
Malgré tout, quelques personnes essayaient de faire tomber cette atmosphère pesante. Un groupe de musique local jouait au fond du pub, sur une petite scène. Devant la cheminée, une table de jeu d'argent s'était improvisée et un large congloméra d'individus fourmillait autour. Puis, au bar, le patron discutait avec les clients, comme à son habitude. Une aura de tranquillité s'était créée au sein de la petite taverne qui était au centre de l'affaire depuis plusieurs jours déjà. On essayait tant bien que mal de sauver les apparences et de continuer à mener une vie relativement normale.

Puis la porte s'ouvrit. Un vent froid s'engouffra et vint faire hérisser les poils de plus frileux tout en éteignant au passage quelques bougies. Une silhouette se dessina dans l’entrebâillement de la porte. Une silhouette surmontée d'une immense paire de bois. Le Karas Cerf s'avança lentement, sous les regards méfiants. La porte se referma d'un coup, bruyamment. Il ne prononce pas un seul mot et continua d'avancer. Il se dirigea ainsi jusque la petite scène où le groupe jouait. Personne n'osait l'interrompre, quelques uns étaient retournés à leur beuverie.
D'un geste de la main, il signala au groupe de s'arrêter un instant. Il monta sur la scène. Les trois Humains qui composaient le groupe se reculèrent et lui laissèrent toute la place qu'il désirait. Toujours sous les regards médusés des clients, le Cerf s'éclaircit la gorge. Il avait toujours les mains dans les poches et il regardait l'assemblée d'un air flegmatique.

- "Ce soir, nous arrêtons le Vent d'Est."

Toute la salle se mit à rire. Cela n'avait aucun sens. Une arrivée aussi improbable et un discours aussi stupide. Un échec magistral. Pourtant, il gardait sur le visage cet air étrange. Comme s'il n'avait rien à faire de ces rires, comme s'il savait que malgré tout quelques personnes écoutaient. Et, même dans l'éventualité où personne ne répondrait à son appel, il saurait trouver des partisans ailleurs.

- "J'ai besoin de trois au quatre personnes. J'ai déjà quelqu'un sur les lieux mais ça ne suffira pas."

Les rires reprirent de plus belle. Pourtant, cette fois, il remarqua une lueur dans les yeux de certaines personnes. A cet instant il fût persuadé qu'il ne partirait pas seul.

- "Retrouvez-moi dans la ruelle où on a retrouvé le corps si vous voulez plus d'informations. Le temps presse."

Cette fois il n'y eut plus de rire. Personne n'écoutait plus depuis déjà un moment. Il descendit de la scène comme il était monté, lentement, d'un pas calme, assuré et confiant. Seules quelques personnes le remarquèrent s'éclipser de la taverne et retourner dans l'obscurité, sous la pluie encore battante.

_________


Plus loin dans Sentinelle, Nora sortit enfin de la chambre où elle était enfermée. En effet, matérialiser un canon pour défoncer la porte était une bonne idée. Certaines personnes seront chargées de ramasser les débris le lendemain, par le fait même.
Après quelques minutes, elle parvint à trouver la sortie. Elle remarqua que l'endroit où elle avait été retenue enfermée se trouvait bel et bien sous la guilde des Explorateurs. Le Karas Cerf devait surement dire vrai dans ce cas. Un léger sourire déforma son visage à cette idée. Elle se sentait stupide et en même temps impressionnée et admirative. Si cette info était vraie alors le reste de la lettre l'était aussi surement. Et, quitte à passer la nuit dehors, autant essayer de faire quelque chose de constructif.
Elle remonta jusqu'au rez-de-chaussée de la Guilde. Là, la personne en charge de l'accueil la reconnu et lui demanda si tout allait bien. Ce à quoi elle répondit qu'elle venait de se réveiller séquestrée dans un endroit inconnu et qu'elle avait dû faire exploser la porte pour sortir et que par conséquent tout allait pour le mieux.

Dehors la luit était déjà bien entamée et la pluie continuait de tomber sans interruption. Un temps parfait pour faire une ballade et appréhender le criminel le plus recherché du continent. La lettre décrivait un lieu de la capitale, à mi-chemin entre la Guilde des Explorateurs et le Palais Impérial, derrière une Chapelle de l'Eglise. Elle devrait reconnaître l'endroit en y arrivant. Nora soupira, elle n'avait pas vraiment le temps ni l'envie de jouer à un jeu de piste en pleine nuit.
Après de longues minutes de marche elle arriva enfin à l'endroit tant désiré. En effet, c'était assez difficile de le louper. La "Chapelle" était en fait la Grande Cathédrale Impériale de Thaor. De là où elle était on pouvait apercevoir à la fois le Palais et à la fois le Hall des Explorateurs. Et, pour couronner le tout, quelqu'un avait soigneusement prit la peine de coller à cet endroit des indices que seule une personne capable de distinguer l'invisible saurait voir. Trois fantômes se tenaient là. Ce fût eux qui interpellèrent la jeune Noykes quand elle passa. Alors comme ça ce Karas Cerf était doté de bien plus de talent que ce qu'il laissait entrevoir.
Les fantômes informèrent Nora que Lester était censé revenir rapidement avec des renforts mais qu'en attendant c'était à elle de s'occuper du Vent de l'Est et de s'assurer qu'il ne s'échapperait pas. Puis, quand leur discourt fût terminé, les trois s'évaporèrent dans un nuage éthéré.

Nora patienta ici un instant. Puis, comme il était décrit dans la lettre et comme les fantômes l'avaient dit, un vent d'est glacial souffla et vint balayer le visage de la jeune femme. Quand elle tourna la tête en direction de la source de ce vent, elle posa les yeux sur une forme sombre au loin. Elle décolla son dos du mur et retira la capuche qui couvrait son visage et la protégeait de la pluie. De l'une des poches intérieures de sa veste elle sortit un paquet de cigarettes à moitié plein et le tendit devant elle, comme pour en proposer une à la personne qui se trouvait face à elle.

- "Yo' "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niyo Blackwell

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 21/08/2015
Age : 23

Informations
Race: Hybride
Faction: Opportuniste

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Dim 24 Jan - 13:40

Niyo était sur le toit quand elle vit arriver le Karas cerf dans la taverne. Elle avait l'intuition que c'était maintenant que la soirée commençait. Rabattant sa capuche, elle sorti de la zone abritée du toit de la taverne pour se placer juste au-dessus de la porte ouverte. Ses sens augmentés la nuit lui permettait de surveiller ce qu'il se passait à l'intérieur sans quitter son poste.

"Ce soir, nous arrêtons le Vent d'Est."


Voilà qui était intéressant. Niyo ne pouvait pas voir qui avait parlé, mais elle était prête à parier que c'était le Karas qui venait d'entrer. La voix, autoritaire et confiante, collait à l'allure assurée de l'homme-cerf et à l'éclat métallique des décorations qu'elle avait pu apercevoir quand il était entré.

"J'ai besoin de trois au quatre personnes. J'ai déjà quelqu'un sur les lieux mais ça ne suffira pas."

Mais elle avait promit au tenancier qu'elle surveillerait la taverne cette nuit. Sa conscience professionnelle lui interdisait de partir sans avoir réglé ce problème. Alors que la clientèle de la taverne riait toujours, Niyo se glissa silencieusement dans l'auberge.

Arrivée au bar, Niyo déposa plusieurs pièces sur le comptoir en disant :

''Il ne se passera rien dans les environs ce soir, les problèmes sont ailleurs en ville. Vous n'avez pas besoin de mes services ce soir. Voilà le remboursement pour les consommations. Si tout ce passe bien, à partir de ce soir, vous n'aurez plus besoin de mes services du tout. ''

D'autres personnes avaient l'air intéressés par les paroles du Karas dans la clientèle. Niyo remarqua l'étrange médecin avec qui elle avait discuté un peu auparavant, même s'il était difficile de savoir ce qu'il pouvait bien penser avec son masque, et aussi un homme avec un corbeau sur l'épaule. Décidément, il y avait beaucoup de corbeaux dans le coin.

"Retrouvez-moi dans la ruelle où on a retrouvé le corps si vous voulez plus d'informations. Le temps presse."

S'inclinant avec raideur pour s'excuser du dérangement, Niyo prit congé et sorti de l'auberge à la suite du Karas.

Une fois arrivée dans la ruelle, l'odeur du cadavre prit Niyo au nez. Son odorat ne lui serait d'aucune utilité tant qu'ils restaient à proximité de la source de la puanteur.

Mal à l'aise d'être privée ainsi d'un de ses sens, la jeune mercenaire ressera les attaches de son arc dans son dos en attendant que les quelques autres intéressés les rejoignent.

Elle espérait simplement qu'elle aurait l'occasion d'agir en restant à distance. Elle était une assez bonne escrimeuse mais c'était à l'arc qu'elle était la meilleure. Contre un adversaire expérimenté, elle ne tiendrait pas longtemps à l'épée. Quant à la lutte à mains nues, ce n'était certainement pas avec sa carrure qu'elle serait d'une quelconque utilité. Pour autant elle avait la ferme intention de ne laisser personne lui dire qu'elle n'était pas assez bonne pour participer à la capture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naak Mahaden

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 13/09/2015

Informations
Race: Akren
Faction: Neutre/Opportuniste

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Dim 24 Jan - 18:13

Lorsque le Karas entra dans la taverne, Naak fut surpris mais n'en montra rien. Aucune émotion à ce sujet n'apparut sur son visage, et aucun mouvement de sa part ne vint trahir le fait qu'il avait reconnu le nouvel arrivant.
Et même si ça avait été le cas, il arborait pour le moment une toute autre apparence grâce à l'Aer de Voron. A la place où aurait dû se trouver assis un grand Akren, se tenait une jeune Humaine, aux longs cheveux roux et aux formes généreuses. C'était Naak qui avait demandé à Voron de lui donner cette apparence, pour plus de prudence car il était un assassin recherché, mais aussi sous prétexte de se marrer un peu. Et pour le moment ça fonctionnait bien, vu la tête qu'avait fait ce gros type près de la porte en voyant rentrer la jeune et pulpeuse rouquine. Naak avait eut du mal à ne pas éclater de rire.

Enfin il y avait plus important pour le moment. Le Karas Cerf que Naak pensait ne jamais revoir, était là, devant lui. Quelle aubaine, alors qu'il venait de leur échapper ! En fin de compte, on aurait dit que la soirée n'était pas terminée...
Naak/la rouquine leva un sourcil lorsque le Karas annonça dans le plus grand des calmes qu'il comptait arrêter le Vent d'Est. Toute l'assemblée s'était mise à rire, et on ne pouvait pas trop leur en vouloir. Autant laisser les débiles rire, pour pouvoir profiter tranquillement de la suite des événements.

Après son discours, le Karas sortit. Trois ou quatre personnes pour arrêter le Vent d'Est. Le Karas attendrait dans la ruelle où on avait trouvé les cadavres cousus.
C'était clair et concis. Retrouver et neutraliser le Vent d'Est. Ça ressemblait beaucoup à un contrat.
Et Naak n'avait pas effectué de contrat depuis un bail. Pas depuis qu'il avait été incarcéré dans la Haute Prison de Sentinelle.
Ce serait le premier contrat depuis qu'il s'était échappé.

Il/elle lança un regard plein de sous-entendus à Voron, puis se leva et quitta la taverne sans mot dire. Dehors, la pluie battante le frappa violemment et acheva de le mettre en condition. D'un pas détendu, et machinalement silencieux, il se mit en marche.
Naak Mahaden repartait en chasse.

______________________________________________________________________

Dans la ruelle se trouvait la mercenaire aux cheveux blancs, que Naak avait vu plus tôt dans la journée, en train de surveiller la place depuis les toits. Elle était aussi dans la taverne lorsque le Karas avait fait son annonce, et elle avait été la première à quitter les lieux.
Qu'est-ce qui pouvait bien la motiver ? L'argent ? La renommée ? La justice ? Ou ben était-ce simplement pour tuer le temps, comme Naak ?

Bah, peu importait. Pour le moment elle avait plutôt l'air mal à l'aise, seule de nuit dans cette ruelle puant le cadavre, tentant tant bien que mal de s'abriter de la pluie. Naak avait pu voir qu'elle observait les alentours de façon minutieuse. Et cette manière qu'elle avait de se déplacer...cette fille avait clairement des compétences.
Elle ne semblait pas avoir repéré l'Akren, qui avait complètement effacé sa présence. Il l'observait depuis le toit juste au dessus, ayant retrouvé son apparence naturelle, et il pouvait clairement voir sa nervosité, malgré son air professionnel. Elle était en train de vérifier les attaches de l'arc dans son dos, mais honnêtement dans une ruelle sombre et peu large comme celle-ci, l'arc ne lui serait pas d'une grande utilité.
Naak décida de se présenter, tout en restant sur ses gardes. Il sauta du toit et atterrit juste derrière elle, dans le plus grand silence.

-Salut petite demoiselle, lança-t-il nonchalamment, en levant une bouteille d'alcool dans la direction de la mercenaire comme pour la saluer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kirnon Thaddeus

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/03/2015
Age : 19

Informations
Race: Mort-Vivant
Faction: /////

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Dim 7 Fév - 16:36

Après toute cette agitation, tous s'étaient rendus dans la taverne ou il avait aidé les habitants quelques temps plus tôt avec l'aide de l'archère aux cheveux blancs. La tension était palpable, mais on ne pouvait pas vraiment dire que c'était injustifié. Dehors, la pluie tombait implacablement sur tout le monde, et un orage approchait à grand pas. On pouvait entendre au loin le grondement du tonnerre se rapprocher de minutes en minutes.

Il avait ouvert son masque  fois de plus pour mordre dans un morceau de pain, tout en évitant évidement de laisser voir ses crocs.

Dans l'auberge, une fois de plus, un bon nombre de personnes différentes les unes des autres s'étaient rassemblées. Il remarqua la présence de ladite archère aux cheveux blancs, ainsi qu'une énigmatique sulfureuse jeune humaine.

C'est pendant qu'il observait tout le monde en mangeant qu'un étrange individu entra.

Un Karas, et d'un type peu commun. Un bien étrange d'humain et de cerf. Et qui plus est, il n'était pas là pour des vacances. Il ne perdit pas de temps et interrompit le groupe qui jouait, dommage, ils n'étaient pas désagréables à entendre, mais c'est de ce petit temps d’attention que lui donnait toute l'assemblée, visiblement intriguée par la visite de cet étrange personnage, qu'il profita pour annoncer son envie d'arrêter les agissements du Vent d'Est. Mission noble si il en est, mais mission également périlleuse.

Il aurait bien aimé qu'il continue de parler, mais apparemment, il préférait n'en parler qu'à ceux qui souhaitaient l'aider directement. De toute façon, peut importait, le vampire avait prit sa décision.

Il sortit après avoir fini payer ce qu'il devait à l'aubergiste, et rabattit sa capuche sur son marque. La pluie était encore forte.

Il savait qu'ils avaient rendez-vous dans la petite ruelle ou ils avaient trouvés le cadavre recousu, mais il prit volontairement un détour par une autre allée, et une fois qu'il fut seul, il s'arrêta. Il enleva ses gantelets, et retroussa ses manches, sa peau blanche presque translucide n'était que plus blanche, la lune arrivant à percer quelques nuages, et il resta ainsi un moment, les bras en croix, le masque levé vers la lune, sentant l'eau tomber du ciel ruisseler sur ses bras, lentement.

Une fois qu'il eu fini, il remit en place ses gantelets, refixa ses manches, et rabattit une fois de plus sa capuche sur son masque, et rejoignit la ruelle, dans laquelle il retrouva l'archère, mais aussi un autre inconnu, probablement là pour les aider également, tant mieux, il ne serait pas de trop. Il leva une main et lança un amical "salut" avant de se mettre à chercher dans son sac, au cas ou un artefact pourraient leur être utile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voron Amesten

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 22/08/2015

Informations
Race: Humain
Faction: ???

MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   Sam 20 Fév - 16:04

En femme? Voilà quelque chose de bien étrange non? Hum soit pourquoi pas après tout c'était lui qui choisissait. Je le laissais donc à ses fantasmes excentriques quoi que de bons goût je dois dire. Pulpeuse et aguicheuse, le genre de fille qui fait qu'on se retourne sur son passage si vous voulez mon avis. Je ne devais juste pas oublié qu'il s'agissait d'un homme dessous. Je lui avait insufflé suffisamment d'Aer pour qu'il puisse tenir un temps, et pour éviter d'avoir à lui tenir la main comme à une jeune pucelle rentrant dans un bordel pour la première fois. Enfin bref... Je devais aussi me faire discret aussi j'adopterai un visage étranger bien que commun dans la région. De toutes façons si vous aviez vu la rousse avec moi vous auriez compris que personne ne me regarderai même avec un corbeau sur l'épaule. Tiens tiens mais regardez qui vient d'entrer...

- "Ce soir, nous arrêtons le Vent d'Est. J'ai besoin de trois au quatre personnes. J'ai déjà quelqu'un sur les lieux mais ça ne suffira pas. Retrouvez-moi dans la ruelle où on a retrouvé le corps si vous voulez plus d'informations. Le temps presse."

Pourquoi tant de rire... Vous trouvez ça drôle vous? Non. Car tout comme moi vous comprenez les enjeux qui se trament derrière tout ça. Arrêter le Vent d'Est hein? Ah on dirait que ce.. Naak semble particulièrement intéressé. J'avoue moi aussi être piqué par la curiosité. Qui était ce Karas? Bon allons voir au moins nous serons fixé qu'en dites-vous? Moi ça m'parait pas mal comme idée. Aller vole mon petit soit mes yeux encore un peu. Bon qu'avons nous par là. Je vais me mettre dans cette ruelle adjacente et rester à l'écart pour le moment. Ah la petite aux cheveux blancs est là, notre ami Naak dans sa forme masculine haha... et.. le docteur... Une personne bien énigmatique si vous voulez mon avis et même si vous ne le voulez pas d'ailleurs. Je garderai un oeil sur lui. Bien bien bien, on dirait que nous n'avons plus qu'à attendre le maître de scène. Je ne pense pas que nous serons plus nombreux au vu des rires dans la taverne ce serait un miracle. Restons en retrait et regardons ça d'en haut sous ma forme aviaire.

- Quel temps magnifique pour voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vent d'Est - Premier Arc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vent d'Est - Premier Arc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aedrelon RP :: Krogiath :: Empire de Meilthaor :: Sentinelle, Coeur de l'Empire-
Sauter vers: